Affordable Access

Monnaie et mécanismes monétaires en France de 1878 à 1939

Authors
Disciplines
  • Economics
  • Political Science
  • Social Sciences

Abstract

[eng] Money and Monetary Mechanisms in France from 1878 to 1938 Jean-Marcel Jeanneney Many monetary systems are possible. The main ones have been tested in France during the period 1878-1939. They can therefore be assessed as regards the efficiency of the regulating mechanics they involve and the disruptions they bring about. From 1878 to 1914 the value of the franc was based on gold coins circulating at the same time as higher-value convertible notes. Exchange rates between the franc and other gold currencies were completely fixed while, fortuitously, consumer prices were remarkably stable. Liquidity kept place throughout with business needs. Surpluses of the current balance were admittedly excessive, at the expense of economic growth ; but they were due to sociological factors. From 1914 to 1928 the franc was an abstract paper-money. Its purchasing power declined from 1919 to 1926, as a result more of speculative depreciations than of excessive issues of money. A speculative appreciation followed from December 1926 to June 1928, prompting large capital inflows with inflationary consequences. From 1928 to 1936 the convertibility at a fixed rate of notes in gold ingots, while no gold coins were circulating, could not prevent the occurrence first of large surpluses of the curred account of the balance of payments, and then of deep deficits. It was also unable to prevent huge changes in the exchange rate versus the pound in 1931 and the dollar in 1933. Neither could it produce price stability. Contrary to what was happening in other countries, prices first increased and then fell. From 1936 to 1938 the franc was again a paper money. Its purchasing power shrank rapidly, while the exchange rate deteriorated even faster. Restoring the regulating mechanics brought about by the circulation of gold coins is infeasible today. Despite all old and more recent disapointments, abstract money has to be put up with. Nevertheless, to provide economies with adequate monetary system central banks must be independent of the political autorities, and must cooperate closely with one another. [fre] Pendant les années 1878 à 1938 la France a expérimenté les principaux systèmes monétaires possibles. Cela permet d'apprécier le degré d'efficacité des mécanismes régulateurs qu'ils mettent en jeu, ainsi que leurs effets perturbateurs. De 1878 à 1914 le franc a fondé sa valeur sur des pièces d'or, qui circulaient en même temps que des billets convertibles, d'un montant plus élevé. Grâce à ce système une parfaite fixité des cours du change du franc en les autres monnaie-or fut assurée et, grâce aussi à quelques facteurs fortuits, une remarquable stabilité du coût de la vie fut obtenue. Les liquidités furent toujours adaptées aux exigences des affaires. Certes les excédents de la balance des paiements courants furent excessifs, aux dépens de la croissance, mais la responsabilité en incombe à des facteurs sociologiques. De 1914 à 1928 le franc fut une monnaie de papier, abstraite. De 1919 à 1926 son pouvoir d'achat s'amenuisa, davantage à cause de dépréciations spéculatives du cours du change que d'émissions excessives de monnaie. De décembre 1926 à juin 1928 une spéculation à la hausse du franc, qui était stabilisé en fait, provoqua d'amples entrées de capitaux, dont les effets furent inflationnistes. De 1928 à 1936 la convertibilité des billets, à un taux fixe, en lingots d'or, sans circulation de pièces d'or, n'évita pas que la balance des paiements courants soit d'abord largement excédentaire, puis fortement déficitaire. Elle n'empêcha pas une ample modification du cours du franc en livre sterling en 1931 et en dollar en 1933. Elle n'assura pas une stabilité des prix, qui furent d'abord en hausse, puis en baisse, à l'inverse de ce qui advenait dans le même temps à l'étranger. De 1936 à 1938 le franc fut à nouveau un papier monnaie, dont le pouvoir d'achat interne se détériora rapidement et le taux de change bien plus encore. La restauration de mécanismes régulateurs résultant de la circulation de pièces d'or étant aujourd'hui irréalisable, on doit se résigner à l'usage de monnaies abstraites, en dépit de mécomptes récents comme anciens. Pour tenter de doter néanmoins les économies de bonnes monnaies on ne peut plus espérer qu'en l'institution de banques centrales indépendantes des pouvoirs politiques et coopérant étroitement entre elles.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.