Affordable Access

Harun Farocki: Auge/Maschine III

Authors
Publication Date
Keywords
  • Harun Farocki
  • Oeil/Machine Iii
  • Imagerie Militaire
  • Arts & Humanities :: Performing Arts [A07]
  • Arts & Sciences Humaines :: Arts Du Spectacle [A07]
Disciplines
  • Linguistics
  • Medicine

Abstract

Oeil/Machine III postprint auteur “Harun Farocki: Oeil/Machine III” de Jeremy Hamers est paru dans Denis Gielen, Jeux de massacre: Pascal Bernier, Patrick Codenys, Harun Farocki, Hornu, Mac’s (Musée des Arts contemporain au Grand-Hornu), 2009, p. 14-17 “Harun Farocki: Oeil/Machine III” de Jeremy Hamers est paru dans Denis Gielen, Jeux de massacre: Pascal Bernier, Patrick Codenys, Harun Farocki, Hornu, Mac’s (Musée des Arts contemporain au Grand-Hornu), 2009, p. 14-17 1 Harun Farocki Œil/Machine III Jeremy Hamers Un paysage vu du ciel, en plongée presque totale. Les couleurs sont pâles, grises, lunaires. Les pixels sont grossiers, on ne reconnaît pas le représenté. La caméra s’en rapproche, à vive allure. Puis on voit: un pont, un hangar ou une voiture. Moment de brève évidence, l’objectif se trouve à quelques mètres seulement de la cible. Puis l’image se brouille soudain. En une fraction de seconde, la neige remplace ce que l’on venait à peine de reconnaître. Nous avons tous vu et revu ces images qui, en 1991, démontraient la force et la précision de l’intervention américaine en Irak, de ces « frappes chirurgicales » qui illustraient enfin la possibilité d’une guerre « propre », comprenez une guerre qui ne touchait que ceux qui étaient visés. Comme si la réalisation d’un programme, avec ses ratés, avait suffi à légitimer non seulement le choix de la victime, mais également la mort qu’on lui imposait par l’arme, avant la mort télévisuelle dans les pixels de l’abstraction. On ne dira sans doute jamais assez l’horreur de ces images qui témoignèrent de l’hygiène irréprochable des assassins, et qui faisaient de nous des techniciens de la guerre, insensibles à la violence sémantique d’une mise en scène qui fit basculer l’horreur dans nos salons au moment du journal télévisé. On imagine forcément tout le dégoût que Harun Farocki doit éprouver face à ces images, qui signent aujourd’hui l’ensemble de la Guerre du Golfe

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.