Affordable Access

L’imaginaire linguistique des historiens de la littérature, en France et en périphéries

Authors
Publication Date
Keywords
  • Arts & Humanities :: Languages & Linguistics [A05]
  • Arts & Sciences Humaines :: Langues & Linguistique [A05]
  • Arts & Humanities :: Literature [A06]
  • Arts & Sciences Humaines :: Littérature [A06]
Disciplines
  • Communication
  • History
  • Linguistics
  • Literature

Abstract

1 L’imaginaire linguistique des historiens de la littérature, en France et en périphéries François PROVENZANO Université de Liège Le présent article a pour ambition d’articuler la question de l’imaginaire linguistique avec la problématique de l’historiographie littéraire, en particulier dans les périphéries de langue française (Belgique, Suisse romande, Québec), qui voient leurs littératures respectives émerger et s’institutionnaliser dans la seconde moitié du XIXe siècle. Historiographie littéraire et imaginaire linguistique Pourquoi s’intéresser au discours de l’histoire littéraire ? et comment faire de ce discours qu’on traverse d’ordinaire avec une simple visée documentaire, un objet d’analyse ? Depuis les travaux de Hayden White dans le domaine anglo-saxon et de Michel de Certeau dans le domaine français 1 , il est admis que le discours de l’historien ne livre pas une vérité brute sur le passé mais résulte d’une construction rhétorique parfois complexe qui oriente largement la lecture des faits relatés. Cette approche discursive se porte aujourd’hui sur le terrain de l’histoire littéraire, dont on interroge les contextes de production et dont on met au jour les multiples inflexions (axiologiques, idéologiques, argumentatives, etc.) qui caractérisent ses divers avatars2. L’historiographie est loin d’avoir été de tout temps une pratique isolable et repérable comme telle. S’agissant d’historiographie littéraire, les problèmes se révèlent doublement aigus dès lors qu’on cherche à situer cette pratique dans l’arborescence des pratiques scripturales attestées au sein d’une société. Inutile ici de vouloir établir une typologie a priori des discours qui traitent de littérature : forcément conditionnée par les modes disciplinaires, l’état des savoirs dans un domaine donné et les circonstances historiques propres à ces activités métalittéraires, la répartition du travail discursif sur la littérature est extrêmement variable sel

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.