Affordable Access

Réflexions sur l'anthropologie du temps: Le cas de l'Egypte ancienne. Questions et méthodes

Authors
Publication Date
Keywords
  • Arts & Humanities :: Classical & Oriental Studies [A03]
  • Arts & Sciences Humaines :: Etudes Classiques & Orientales [A03]
Disciplines
  • Biology
  • Communication
  • Earth Science
  • History
  • Psychology
  • Social Sciences

Abstract

Winand - Temps.PDF RÉFLEXIONS SUR L’ANTHROPOLOGIE DU TEMPS : LE CAS DE L’ÉGYPTE ANCIENNE. QUESTIONS ET MÉTHODES* Jean Winand (FNRS – Liège) Dans le langage courant, on hésite rarement sur la valeur à donner au temps. Pour les besoins de la communication quotidienne, il semble régner un consensus de bon aloi sur la manière de comprendre le temps. Pourtant, quand on y regarde de plus près, tout de suite les obstacles apparaissent et se multiplient. Comme le disait déjà s. Augustin – mais la citation est devenue un tel lieu commun qu’on hésite encore à la rappeler – « si l’on me parle du temps, je sais de quoi on parle, mais si l’on me demande ce que c’est, alors je ne sais plus »1. Il n’est que de regarder le vocabulaire français pour prendre la mesure de la polysémie du temps ; on parle du temps qu’il fait, du temps qui s’écoule ou encore des temps de la conjugaison. Certes les langues emploient parfois des mots différents là où le français ne connaît qu’un seul terme. Pour rester dans des langues qui nous sont familières, on peut citer le cas de l’anglais, qui distingue le weather « temps (météorologique) », du time « temps (physique) », ou encore des tenses « temps (paradigme de la conjugaison) ». Certaines langues n’ont pas de mot spécifique pour désigner le temps ; c’est notamment le cas de l’égyptien, qui possède bien sûr des mots en relation avec le temps, mais auquel fait défaut un terme générique2. Si l’on envisage exclusivement le temps mesurable, on se trouve à nouveau confronté à une très grande diversité d’acceptions et d’appréciations. Le temps des physiciens n’est pas celui des philosophes ou des sociologues3 ; de même, le temps des biologistes ne peut être comparé à celui des psychologues, des historiens ou des logiciens. * Cette présentation a bénéficié des nombreux entretiens stimulants que j’ai eus avec Vinciane Pirenne. Qu’elle en soit remerciée. 1 Conf., XI, 14. 2 Voir déjà E. OTTO,

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.