Affordable Access

Publisher Website

Chronologie du cycle et étude des pseudo-kystes d'Heligmosomoides polygyrus polygyrus (Dujardin, 1845) (Trichostrongylina-Heligmosomoidea) chez Apodemus flavicollis en France. Comparaison avec les espèces proches

Authors
Publisher
EDP Sciences
Publication Date
Identifiers
DOI: 10.1051/parasite/1996033237
Keywords
  • Mémoire
Disciplines
  • Biology

Abstract

La biologie des trois espèces d'Heligmosomidae communes chez les Rongeurs en France a été étudiée chez leurs hôtes naturels respectifs : Microtus arvalis pour Heligmosomoides laevis, Apodemus flavicollis pour Heligmosomoides polygyrus polygyrus et Clethrionomys glareolus pour Heligmosomum mixtum, la morphogénèse a été traitée dans un premier article (N'Zobadila et al., 1996). Ce deuxième article traite de la chronologie des mues, des migrations chez l'hôte Vertébré et de la formation des pseudo-kystes. En effet, chez les trois espèces, un certain nombre de larves évolue dans un pseudo-kyste alors que les autres ne quittent pas la lumière intestinale, mais, dans les deux cas, la vitesse d'évolution est la même. Les Heligmosomidae ont des caractères biologiques communs plus évolués que ceux des Nippostrongylinae (Heligmonellidae) qui sont également des parasites de Rongeurs. Cependant les trois espèces présentent entre elles de légères différences biologiques qui correspondent à leur niveau de spécialisation morphologique, la formation des pseudo-kystes, en particulier, est d'autant plus fréquente que l'espèce est plus primitive. Les pseudo-kystes des Heligmosomidae sont interprétés comme un phénomène d'atavisme biologique : alors que les Nippostrongylinae pénètrent par voie cutanée et que la migration pulmonaire est nécessaire pour parvenir à l'intestin, les Heligmosomidae, plus évolués, pénètrent par voie orale et la migration pulmonaire devient inutile. La maturation facultative des larves dans un pseudo-kyste paraît donc répondre à la nécessité du métabolisme intra-tissulaire des larves. Le même phénomène pourrait, chez les Trichostrongylidae de Ruminants, avoir abouti à une diapause larvaire qui constituerait une adaptation contribuant à la survie des Vers chez l'hôte quand les conditions environnementales et particulièrement climatiques sont défavorables.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.