Affordable Access

Publisher Website

Traitement des hémangiomes choroïdiens circonscrits par photothérapie dynamique : revue de la littérature

Authors
Journal
Journal Français d Ophtalmologie
0181-5512
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
33
Issue
7
Identifiers
DOI: 10.1016/j.jfo.2010.06.002
Keywords
  • Hémangiome Choroïdien Circonscrit
  • Photothérapie Dynamique
  • Vertéporfine
  • Circumscribed Choroidal Hemangioma
  • Photodynamic Therapy
  • Verteporfin
Disciplines
  • Medicine

Abstract

Résumé L’hémangiome choroïdien circonscrit (HCC) est une tumeur choroïdienne vasculaire, bénigne, peu fréquente, habituellement diagnostiquée lorsqu’elle est responsable d’une baisse de l’acuité visuelle liée à un décollement de rétine exsudatif. Les traitements classiques de l’HCC sont la photocoagulation et la radiothérapie. Il est difficile de comparer ces deux approches thérapeutiques, la photocoagulation ayant été abandonnée depuis bien longtemps en raison des cicatrices rétractiles qu’elle entraînait. La radiothérapie conventionnelle ou la protonthérapie à des doses de 20 Gy ont donné et donnent de bons résultats mais ne sont réalisables que par certaines équipes habituées à ce genre de traitement. Récemment, la photothérapie dynamique (PDT), qui permet l’occlusion sélective des lésions vasculaires en épargnant la rétine sus-jacente, est apparue comme une alternative solide dans le traitement de l’HCC. La plupart des cliniciens ont utilisé le protocole standard de l’étude treatment of age related macular degeneration by photodynamic therapy (TAP) avec ou sans modifications. Les principales modifications apportées au protocole standard portaient sur la durée d’administration de la vertéporfine, la dose lumineuse administrée, le temps d’exposition et le nombre de spots (spot unique ou spots multiples, chevauchant ou pas). Les résultats à moyen terme de la PDT sont très encourageants. En effet, la PDT a démontré qu’elle entraînait une résorption durable du liquide sous-rétinien associée à une diminution significative de l’épaisseur tumorale dans presque tous les cas. De plus, l’acuité visuelle était stabilisée ou améliorée chez au moins 80 % des patients. Quelques études ont rapporté des effets secondaires locaux mineurs après PDT consistant principalement en le développement d’une fibrose sous-rétinienne modérée, de remaniements hyperplasiques et atrophiques de l’épithélium pigmenté rétinien, d’une atrophie choroïdienne. Au total, les données publiées ont démontré que la PDT était une alternative sûre et efficace à la radiothérapie ou la photocoagulation comme traitement de première intention de l’HCC.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.