Affordable Access

Publisher Website

Dynamique de la pathologie respiratoire dans un service de pneumologie en Afrique noire dans le contexte de l’infection à VIH de 1998 à 2007

Authors
Journal
Revue de Pneumologie Clinique
0761-8417
Publisher
Elsevier
Volume
68
Issue
3
Identifiers
DOI: 10.1016/j.pneumo.2011.07.004
Keywords
  • Pneumologie
  • Pathologies
  • Hospitalisation
  • Mortalité
  • Vih
  • Pneumology
  • Hospitalization
  • Mortality
  • Hiv

Abstract

Résumé Introduction La pneumologie dans les pays en voie de développement se pratique dans un contexte de population majoritairement jeune, d’endémicité tuberculeuse, d’infection à VIH très prévalente et de pollution grandissante. Objectif Le but de cette étude est de présenter l’évolution de la pathologie respiratoire en hospitalisation pneumologique en Afrique noire. Méthodologie Notre étude est rétrospective et descriptive. Nous avons consulté le registre de fichage de l’activité d’hospitalisation du service de pneumologie du centre hospitalier universitaire de Cocody, de janvier 1998 à décembre 2007. Résultats La tranche d’âge de 20–49ans représente 78,36 % de l’effectif. La tuberculose reste la première affection de 1998 à 2007 avec une fréquence variant entre 38,2 et 45,2 %. Les cas de pneumopathie aiguë (PA) sont en régression à partir de l’année 2001 contrairement aux pneumopathies alvéolo-interstitielles fébriles (PAIF) qui connaissent une augmentation. Les pathologies liées au tabagisme sont rares. L’infection à VIH est associée à la tuberculose (TB) (82,86 %), à la PA (77,22 %) et aux PAIF (92,23 %). Sur 832 cas de décès enregistrés, 46,15 % des décès sont attribués à la TB, 15,98 % aux PA et 14,66 % aux PAIF. Les létalités globales de la TB et des PA sont respectivement de 20,1 % et de 17,6 %. Celle des PAIF est de 32,5 %. La mortalité attribuable à la TB et aux PA est en régression progressive contrairement à celle attribuable aux PAIF. Conclusion La pathologie respiratoire est dominée par la tuberculose, les PA et les PAIF. Ces pathologies associées à l’infection par le VIH déterminent une forte mortalité.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.