Affordable Access

Publisher Website

Cancer du sein chez la femme jeune dans le Nord-Est du Maroc

Authors
Journal
Gynécologie Obstétrique & Fertilité
1297-9589
Publisher
Elsevier
Volume
42
Issue
3
Identifiers
DOI: 10.1016/j.gyobfe.2011.08.014
Keywords
  • Cancer Sein
  • Femme Jeune
  • Diagnostic
  • Classification Moléculaire
  • Pronostic
  • Breast Cancer
  • Young Women
  • Diagnosis
  • Molecular Classification
  • Prognosis
Disciplines
  • Biology
  • Medicine

Abstract

Résumé Objectif Le cancer du sein chez la femme jeune est rare avec des caractéristiques épidémiologiques, diagnostiques et pronostiques propres. Il est plus souvent lié à une prédisposition génétique, comparé à son homologue survenant chez les femmes plus âgées, et surtout corrélé à une survie inférieure et à des taux de récidive supérieurs. L’objectif de l’étude était d’en analyser les caractéristiques épidémiologiques, clinicopathologiques, biologiques et évolutives. Patientes et méthodes Il s’agit d’une étude retrospective concernant 74 patientes âgées de 35 ans et moins, chez qui un diagnostic de cancer invasif du sein a été porté entre septembre 2004 et décembre 2009. Résultats La fréquence des cancers du sein de la femme âgée de 35 ans et moins dans notre série était de 18,6 %. L’âge moyen était de 30,62 ans. Cinq patientes (6,75 %) avaient un antécédent familial de cancer mammaire. La taille tumorale moyenne était de 3,9±2,6cm ; 45,4 % des tumeurs étaient localement avancées. Il s’agissait d’un carcinome canalaire infiltrant de grade Scarff-Bloom et Richardson (SBR) III dans 45,7 % cas et une fois sur deux, il s’accompagnait d’une atteinte ganglionnaire axillaire. Les récepteurs hormonaux négatifs (RH−) étaient retrouvés dans seulement 28,7 % des cas et 13 cas surexprimaient Her2. Des tumeurs triples négatives étaient retrouvées dans 18 % des cas. Le taux de survie globale à trois ans était de 87,8 %. Discussion et conclusion L’incidence du cancer du sein chez les patientes jeunes marocaines est élevée. Dans notre contexte, il se distingue par un retard diagnostique expliquant le stade avancé au moment du diagnostic. Les caractéristiques biologiques sont souvent plus agressives, notamment le grade histologique élevé, l’absence des récepteurs hormonaux et le taux plus élevé de tumeurs triples négatives réduisant considérablement les possibilités thérapeutiques.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.