Affordable Access

Download Read

Revendiquer la nation suisse au nom de Dieu : lorsque la prophétie se fait politique dans une Église évangélique

Authors
Publisher
Peter Lang
Keywords
  • Sociologie
  • Analyse Des CatéGorisations
  • Combat Spirituel
  • Dominion Theology
  • éVangéLisme

Abstract

allocution_E.Barilier Allocution prononcée à l’occasion de sa leçon d’honneur Le 6 mai 2013 Etienne Barilier Chers collègues, chers amis, Je veux dire merci, du fond du cœur, à toutes celles et à tous ceux qui m’ont fait et me font le très précieux cadeau de cette soirée. En préparant son programme, tout à fait à mon insu, ils ont décidé que le professeur, l’essayiste, le romancier, le traducteur, le passionné d’art en général et de musique en particulier, ne faisaient qu’une seule et même personne. Je leur concède avec bonheur qu’ils n’ont pas franchement tort. Et je suis très ému d’être ainsi fêté, d’une manière que je n’aurais pas osé rêver, par une Université à laquelle m’attache un lien très fort, sans commune mesure avec le nombre d’heures d’enseignement, plutôt modeste, que j’ai pu y donner. Pourquoi ce lien si fort ? Je pourrais l’expliquer par mon histoire personnelle : très peu après la fin de mes études, voilà bien des lustres, mon professeur de grec, André Rivier, est tombé gravement malade. Il m’avait pris pour assistant, et le jouvenceau que j’étais reçut alors la lourde charge de le remplacer, du moins partiellement. Peu après, ce professeur est décédé, et je ressentis sa disparition comme une grande perte. Comme il va de soi pour un véritable helléniste, il était de plain-pied avec la modernité, et passionné par les enjeux philosophiques, politiques ou esthétiques de son temps. Il avait bien voulu approuver et encourager mes premiers pas de romancier. C’est vous dire que grâce à lui, l’enseignement universitaire et le travail de l’écrivain ne me parurent jamais étrangers l’un à l’autre – ennemis, moins encore. Cependant, au-delà des vicissitudes de ma vie personnelle et professionnelle, je crois qu’il existe, et je veux qu’il existe, entre le travail du professeur et celui de l’écrivain, ou si l’on préfère, entre le travail du savant et celui de l’artiste, une fraternité véritable. Mais sous quel signe la placer,

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.