Affordable Access

Le Marché Bonsecours : La vocation d’un site

Authors
Publisher
La Société La Vie des Arts
Publication Date
Disciplines
  • Political Science

Abstract

Le Marché Bonsecours : la vocation d’un site Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Article André Patry Vie des Arts, vol. 26, n° 105, 1981-1982, p. 20-22. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/54478ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 16 February 2014 07:47 « Le Marché Bonsecours : la vocation d’un site » MONTRÉAL ET LES ARTS Le Marché Bonsecours la vocation d'un site André Patry La rue Saint-Paul est l'une des plus intéressantes de Montréal. Bordée de façades anciennes, elle décrit une courbe élégante et sinueuse dont le tracé suit assez fidèle- ment l'unique sentier qui, au temps de la ville naissante, reliait le fort de Monsieur de Maisonneuve à l'Hôtel-Dieu et à la chapelle de Notre-Dame de Bonsecours. En 1674, cette piste devient officiellement la quatrième rue de Montréal et reçoit le nom de Saint-Paul. A la fin du 17e siècle, on y érige, à deux pas de la chapelle et à l'angle de la rue Victor, un établissement destiné aux services administratifs de la colo- nie. Dans les premières années du 18e siècle, Charles Le Moyne, premier baron de Longueuil et gouverneur de Mont- réal en 1724, acquiert cet immeuble de même que les terrains adjacents et y installe un manoir où, à partir de 1749, l'inten- dant

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.