Affordable Access

Publisher Website

749 Révélation atypique d’une choriorétinopathie sévère avec tâches blanches

Authors
Journal
Journal Français d Ophtalmologie
0181-5512
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
32
Identifiers
DOI: 10.1016/s0181-5512(09)73874-4
Disciplines
  • Biology
  • Medicine

Abstract

Introduction Le diagnostic de rétinopathie de type « Birdshot » est habituellement posé sur l’apparition de tâches blanches au fond d’œil, souvent associés à des vascularites rétiniennes segmentaires. Un œdème papillaire peut être noté dans 24 % des cas, mais il s’agit rarement du mode de révélation de la maladie. Matériels et Méthodes Nous rapportons le cas d’un patient diabétique de 74 ans, adressé en consultation pour une baisse d’acuité visuelle bilatérale évoluant depuis 2 mois (acuité visuelle à 4/10 P8)). L’examen retrouvait un œdème papillaire bilatéral, sans autre anomalie initiale, en particulier sans uvéite antérieure ni postérieure. L’imagerie cérébrale en résonance magnétique (IRM) retrouvait une dilatation tri-ventriculaire. Les analyses biologiques et pressionnelles du liquide céphalo-rachidien (LCR) étaient normales, conduisant au diagnostic d’hydrocéphalie à pression normale. Une semaine plus tard, l’état oculaire avait évolué avec une hyalite bilatérale, et quelques anomalies vasculaires à l’angiographie. Le bilan biologique et radiologique à la recherche d’une uvéite auto-immune ou infectieuse était négatif. Un mois plus tard, l’acuité visuelle était toujours de 4/10 mais des tâches blanches étaient apparues à l’examen du fond d’œil. L’angiographie confirmait l’atteinte inflammatoire choriorétinienne profonde, partageant plusieurs aspects communs avec la choriorétinopathie de type Birdshot. Une corticothérapie à fortes doses, intraveineuse puis orale, a entraîné une réduction rapide de l’inflammation et une récupération de l’acuité visuelle à 8/10, sans récidive inflammatoire malgré la réduction de la corticothérapie Discussion L’apparition d’un œdème papillaire bilatéral doit faire évoquer l’apparition d’une uvéite postérieure, après avoir éliminé les urgences neurochirurgicales ou vasculaires. Conclusion Il est cependant rare qu’un œdème papillaire inflammatoire précède de plusieurs semaines l’apparition d’anomalies choriorétiniennes sévères avec tâches blanches de type Birdshot. L’apparition rapide d’une vascularite segmentaire est probablement un marqueur précoce devant faire évoquer ce diagnostic.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.