Affordable Access

Publisher Website

ANRS HC 02 RIBAVIC: Impact de la stéatose au cours de la co-infection VHC-VIH

Authors
Journal
Gastroentérologie Clinique et Biologique
0399-8320
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
33
Identifiers
DOI: 10.1016/s0399-8320(09)72450-9
Disciplines
  • Biology
  • Medicine

Abstract

Résumé La stéatose est observée chez environ 25 à 70 % des sujets infectés par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Cette stéatose est multifactorielle. Elle était majoritairement liée à la dénutrition et aux infections opportunistes à l’époque du Sida puis aux analogues nucléosidiques et aux cytopathies mitochondriales. Aujourd’hui, la stéatose est principalement associée à la lipodystrophie, favorisée par les traitements antiviraux dont les inhibiteurs de protéase, et autres causes classiques (hyperlipidémie, diabète, infection virale C) responsables d’insulino-résistance. Dans l’étude ANRS HC 02 RIBAVIC, chez 395 patients co-infectés VHC-VIH, une stéatose était notée chez 241 patients (61 %). Parmi eux, 38 % avaient une stéatose de grade I (moins de 30 % des hépatocytes), 16 % une stéatose de grade II (30 à 70 % des hépatocytes) et enfin 7 % avaient une stéatose de grade III (plus de 70 % des hépatocytes). En analyse multivariée, les facteurs indépendants associés à la stéatose étaient le génotype 3, le score de fibrose en Métavir, l’index de masse corporelle, la charge virale et la ferritinémie. La lipodystrophie et le traitement antirétroviral étaient rarement associés à la stéatose, dans ANRS HC 02 RIBAVIC comme dans APRICOT. La stéatose favorise la progression de la fibrose mais ne semble pas influencer le taux de réponse virologique prolongée. Enfin, la stéatose régresse significativement chez les patients ayant une réponse virologique prolongée.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.