Affordable Access

Publisher Website

La neurostimulation associée à l’injection de sérum glucosé peut-elle être une aide pour la localisation de la pointe de l’aiguille lors des blocs nerveux échoguidés ?

Authors
Journal
Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation
0750-7658
Publisher
Elsevier
Identifiers
DOI: 10.1016/j.annfar.2014.07.360

Abstract

Introduction Au contraire de l’anesthésique local (AL), le sérum glucosé (SG) est un liquide non ionisé. Injecté à la pointe de l’aiguille, il provoque une augmentation instantanée de l’impédance devant laquelle le neurostimulateur augmente la tension électrique [1]. Ainsi, pour une IMS donnée, la réponse disparaît à l’injection d’AL, et réapparaît ou s’amplifie à l’injection de SG [2]. Cette propriété pourrait aider à discriminer la position réelle de la pointe de l’aiguille au contact des structures nerveuses. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’effet de l’injection continue de SG sur la valeur d’impédance tissulaire globale réelle et sa corrélation avec l’Intensité Minimale de Stimulation (IMS) avant injection sous-paraneurale lors d’un bloc échoguidé. Matériel et méthodes Avec accord du CPP, l’étude prospective a été menée dans notre unité d’anesthésie orthopédique. Un dispositif dédié de mesure de l’impédance globale réelle (Impédance data logger(R)+HNS12 BBraun, Allemagne) était relié à une aiguille 22G de 50 ou 80mm connectée à une seringue de 20mL de SG 5 % poussée par une seringue électrique (Injectomat Agila(R), Fresénius Vial, France). Lors de la procédure de ponction, l’hydrodissection était réalisée avec un débit continu basal de 20mL/h de SG. L’impédance et l’IMS étaient relevées avant injection de 1mL d’AL pour confirmer la position paraneurale de la pointe de l’aiguille en échographie haute résolution (Échographe S7(R), sonde matricielle 15mHz, GE healthcare, États-Unis). Résultats Vingt-six mesures ont été réalisés lors de 17 blocs nerveux échoguidés (5 Blocs axillaires, 4 fémoraux, 4 sciatiques poplités, 3 sciatiques subglutéaux 1 supra-claviculaire). L’AL était localisé au décours de l’injection à 26 reprises en sous-paraneural. L’impédance paraneurale était de 2,22±0,7kΩ avant et de 0,64±0,2kΩ après injection anesthésique. La relation IMS/Impédance avant l’injection avait un coefficient de corrélation r2=−0,21. La réponse motrice disparaissait dans tous les cas lors de l’injection de 1mL d’AL (Fig. 1). Discussion Les modifications du champ électrique liés à la chute d’impédance lors de l’injection anesthésique expliquent la disparition de la réponse motrice. En revanche, la perfusion continue de SG ne sensibilise pas l’électrolocalisation axonale préalable à l’injection sous-paraneurale et ne peut être utilisées comme moyen discriminatif ou sécuritaire au cours de la ponction échoguidée.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.