Affordable Access

Publisher Website

Un mode de révélation insolite de l’athérome : une sciatique « ischémique »

Authors
Journal
Journal des Maladies Vasculaires
0398-0499
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
30
Identifiers
DOI: 10.1016/s0398-0499(05)74858-7
Keywords
  • Sciatique Ischémique
  • Athérome
Disciplines
  • Medicine

Abstract

Une patiente de 70 ans, présentant un tabagisme actif à 20 paquets-années, une hypertension artérielle et ayant comme principal antécédent significatif un rhumatisme articulaire aigu sans séquelle à l’âge de 27 ans, est hospitalisée pour un tableau clinique de lombo-sciatique gauche de topographie mal systématisée, d’allure radiculaire SI tronquée. Le caractère rebelle aux antalgiques et volontiers aggravé à l’effort, associé à des lésions livédoïdes du bord externe du pied gauche et à un pouls fémoral homolatéral mal perçu font décider l’hospitalisation pour prise en charge et explorations complémentaires. La stricte normalité des clichés du rachis lombaire et les troubles sensitifs marqués justifient la réalisation d’un électromyogramme qui révèle des lésions atypiques, radiculaires étendues de L4 à SI, bilatérales mais prédominant à gauche, associées à des lésions de polynévrite axonale distale. Ce tableau électrophysiologique fait évoquer une atteinte radiculaire des racines L5 et SI gauche, potentiellement d’origine ischémique. L’échographie couplée au doppler, suivie d’une artériographie permettront la découverte d’une maladie athéromateuse sévère et latente avec une artériopathie de type proximal des membres inférieurs, insuffisamment compensée (mais masquée par le tableau de lombosciatique), mais aussi et surtout un très volumineux bourgeon calcifié des artères iliaques primitive et interne gauches. Cette lésion fait indiquer un geste de revascularisation par angioplastie iliaque primitive gauche avec stent, suivi d’une régression quasi-complète des douleurs mais la persistance des troubles sensitifs. Par ailleurs, le bilan d’extension de la maladie athéromateuse révèle une atteinte diffuse avec l’existence d’une sténose serrée, ostiale de l’artère rénale droite, jugée potentiellement responsable de l’hypertension artérielle, sans retentissement sur le parenchyme rénal. Cette lésion justifie une revascularisation endovasculaire contemporaine de l’angioplastie iliaque interne gauche et une normalisation des chiffres tensionnels. Le reste du bilan constate une cardiopathie ischémique, traitée médicalement et une sténose à 60 % de l’artère carotide interne droite, sans revascularisation chez cette patiente asymptomatique. L’enquête concernant les facteurs de risque a mis en évidence une hyper-cholestérolémie isolée et méconnue, traitée par régime puis, secondairement, par statines. Cette observation, rapprochée du cas d’une patiente au terrain vasculaire connu ayant également présenté un tableau de lombosciatique par ischémie nerveuse tronculaire illustre les atteintes rares mais possibles des artères iliaques primitive ou interne, notamment comme mode d’entrée inhabituel et atypique dans la maladie athéromateuse, sous la forme d’une atteinte nerveuse par ischémie des troncs nerveux du plexus lombaire.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.