Affordable Access

Publisher Website

Le chant du cygne de la littérature créole en Louisiane : Tante Cydette de George Dessommes

Authors
Journal
Francophonies d Amérique
1183-2487
Publisher
Consortium Erudit
Publication Date
Issue
6
Identifiers
DOI: 10.7202/1004633ar
Disciplines
  • Political Science

Abstract

Le chant du cygne de la littérature créole en Louisiane : Tante Cydette de George Dessommes Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Article Ida Eve Heckenbach Francophonies d'Amérique, n° 6, 1996, p. 171-177. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/1004633ar DOI: 10.7202/1004633ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 15 February 2014 04:47 « Le chant du cygne de la littérature créole en Louisiane : Tante Cydette de George Dessommes » LE CHANT DU CYGNE DE LA LITTÉRATURE CRÉOLE EN LOUISIANE : TANTE CYDETTE DE GEORGE DESSOMMES Ida Eve Heckenbach Université Southwestern Louisiana (Lafayette) Hi n 1888, à l'Imprimerie du Franco-Louisianais, paraissait Tante Cydette, le seul texte associé aujourd'hui au nom de George Dessommes, bien que de son vivant il ait été connu comme poète. Né en Louisiane en 1855, élevé en France où il fit ses études au lycée Louis-le-Grand, puis revenu à la Nouvelle- Orléans en 1870, Dessommes commença sa carrière d'écrivain à 18 ans avec des poèmes publiés dans Le Carillon, un journal néo-orléanais. Entre 1873 et 1888, il continue à faire parvenir des poèmes aux journaux de sa ville natale, tout en gagnant sa vie comme employé de bureau et « échantillonner » dans le commerce du coton

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.