Affordable Access

The logics of good exposure: empowerment, whore stigma, and free labor in SuicideGirls' social network porn

Authors
Publisher
McGill University
Publication Date
Keywords
  • Communications And The Arts - Mass Communications

Abstract

Ma thèse examine l'occultation du travail des modèles sur le site SuicideGirls.com, un portail pornographique de réseautage social "alternatif". Au début des années 2000, une panique morale est survenue autour de la question de la diffusion généralisée de la pornographie dans la culture nord-américaine. Au moment où ces affirmations de "pornification" atteignaient leur masse critique, une interprétation différente a émergé. J'ai remarqué dans les explications des médias, ainsi que des échanges personnels, un intérêt dans la possibilité d'un nouveau type de pornographie "alternative". SuicideGirls était le plus visible de ces sites internet. Le site a été reconnu pour le pouvoir dont il dote les femmes qui y sont présentées, en plus de fournir une plateforme pour qu'elles puissent s'exprimer en tant que sujets "authentiques". Alors que plusieurs féministes ont soutenu que le travail du sexe peut conférer un certain pouvoir aux femmes, la nouveauté de Suicide Girls réside dans la manière dont le site en est venu à être perçu comme produisant activement de la pornographie conférant un tel pouvoir et ce, malgré les affirmations de la direction du site selon lesquelles SuicideGirls n'était pas un site pornographique, mais plutôt un site montrant des images de pin-up. Cette position a attiré une attention médiatique considérable et une part remarquable de la controverse. Alors que les premiers comptes-rendus étaient élogieux, la teneur de la couverture médiatique s'est transformée dramatiquement en 2005 quand une trentaine de modèles de SuicideGirls ont quitté le site et ont faire part à la presse des problèmes de harcèlement sexuel, d'échelle salariale et de disputes concernant les contrats et les droits sur leurs images, en plus de la censure que le site maintenait au sujet de leurs plaintes. Ma thèse émerge directement de ces plaintes concernant le travail. Mon analyse pose le site vis-à-vis tant les pro-sexes que les féministes s'opposant à la pornographie, de même que certains domaines d'études émergents sur les nouvelles pratiques médiatiques du travail, dans le but d'articuler comment SuicideGirls a construit la participation de ses modèles en tant que quelque chose qui n'est pas du travail. Je situe mon propos en relation avec des études récentes qui tentent d'examiner et d'investir de manière critique des arguments relatifs à une sexualité féminine appropriée et le travail en ligne, dans l'espoir que ma contribution à ces débats sera directement applicable à des situations concrètes comme celles des conditions de travail des modèles de SuicideGirls.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.