Affordable Access

Evidences of Palaeocene marine breccias unconformably overlying the Cretaceous orogenic axis of the Pyrenees, between Garonne and Gave de Pau

Authors
Journal
Bulletin de la Societe Geologique de France
0037-9409
Publisher
GeoScienceWorld
Publication Date
Keywords
  • Breccias
  • Sub-Marine Canyon
  • Palaeocene
  • Orogenic Axis
  • Pyrenees
Disciplines
  • Earth Science

Abstract

A la suite de la découverte de foraminifères planctoniques paléocènes (intervalle P1c – P3, Danien supérieur- Sélandien inférieur) dans la matrice de brèches post-métamorphes et postérieures à la tectonique fini-crétacée à l’est de la Garonne et dans les hémipélagites microrythmées qui leur sont souvent associées, le problème du prolongement occidental du « sillon » marin paléocène sur l’orogène pyrénéen (Zone interne métamorphique, Zone nord-pyrénéenne) se posait. Dans cinq gisements « nord-pyrénéens » du Comminges/Barousse (St-Béat, Bramevaque/ Troubat/Gembrié et Lortet) et de la Bigorre (Médous-Asté et Lourdes-Pibeste), des brèches semblables, remplissant également des morphologies de canyon sous-marin, ont été identifiées et attribuées au Dano-Sélandien (« globigérinidés »). Elles sont discordantes sur un substratum jurassico-éocrétacé (qu’elles remanient), déjà plissé au Crétacé supérieur (phases néo- à fini-crétacées), par l’intermédiaire d’une paléosurface karstique irrégulière ennoyée en domaine marin. Elles ont subi un épimétamorphisme (hydrothermal ?) précédant la compression « pyrénéenne » d’âge éocène supérieur. Des brèches de cet âge, mais ne remaniant que des éléments de socle hercynien, existent un peu plus au sud, le long de segments de la Faille nord-pyrénéenne (col de Gembre). En conclusion nous proposons, à titre d’hypothèse, un transect palinspastique Nord-Sud, Nay-Lourdes-Gavarnie, montrant l’opposition pendant le Danien-Sélandien (intervalle 63-59 Ma) entre : (a) une zone centrale, localisée sur l’axe de l’orogène, tectonisée vers la fin du Crétacé et le début du Paléocène, émergée, karstifiée et érodée, puis abaissée, ennoyée et recouverte en discordance par les brèches marines dano-sélandiennes ; (b) de part et d’autre, deux domaines périphériques beaucoup plus stables (Nay, Gavarnie/ Mont-Perdu) où les calcaires de plate-forme externe, également à « globigérinidés », reposent en parfaite concordance sur un Maastrichtien marin non érodé, avec cependant une lacune locale du Danien inférieur.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.