Affordable Access

Napoléon parle : notes inédites du secrétaire général du conseil d'état

Authors
Publication Date
Disciplines
  • Mathematics

Abstract

Napoléon parle : notes inédites du secrétaire général du conseil d'état JOURNAL DE LA SOCIÉTÉ STATISTIQUE DE PARIS JEAN BOURDON Napoléon parle : notes inédites du secrétaire général du conseil d’état Journal de la société statistique de Paris, tome 102 (1961), p. 71-72. <http://www.numdam.org/item?id=JSFS_1961__102__71_0> © Société de statistique de Paris, 1961, tous droits réservés. L’accès aux archives de la revue « Journal de la société statistique de Paris » (http://publications-sfds.math.cnrs.fr/index.php/J-SFdS)implique l’accord avec les conditions générales d’utilisation (http://www.numdam.org/legal.php). Toute uti- lisation commerciale ou impression systématique est constitutive d’une infrac- tion pénale. Toute copie ou impression de ce fichier doit contenir la pré- sente mention de copyright. Article numérisé dans le cadre du programme Numérisation de documents anciens mathématiques http://www.numdam.org/ IX NAPOLÉON PARLE : NOTES INÉDITES DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL D'ÉTAT Sous ce titre, celui d'un ouvrage qu'il publiera dans quelques mois chez Berger-Levrault, l'auteur établit l'authenticité, qui est certaine, du manuscrit qu'il a édité et commenté. La sténo- graphie n'était pas alors suffisamment perfectionnée pour permettre de reproduire intégralement les paroles de Napoléon, mais ses idées sont exactement rendues et, malgré le style noble à la troisième personne, avec son accent. Qu'on en juge par cette profession de foi sur les capitulations. « Il n'est permis de se rendre que comme François Ier, sur un monceau de cadavres, quand la valeur est trahie par le sort des armes, qu'accablé par le nombre, on se voit arracher son épée; en un mot, lorsqu'on peut dire avec vérité : tout est perdu fors l'honneur. Souvent, le salut de l'armée et le succès du combat dépendent de la résistance qu'oppose un faible détachement placé au loin. Sa Majesté aurait perdu plus d'une des quarante ou cinquante batailles où elle a commandé, et parti- culiè

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.