Affordable Access

Pour que revive le cinéma québécois

Authors
Publisher
La revue Séquences Inc.
Publication Date
Disciplines
  • Political Science

Abstract

Pour que revive le cinéma québécois Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Article Léo Bonneville Séquences : la revue de cinéma, n° 97, 1979, p. 2-3. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/51141ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 16 February 2014 05:24 « Pour que revive le cinéma québécois » p Le c i n é m a auêm our que revive le c m e m a québécois Depuis quelques années, le cinéma québécois ne nous a pas ravis. Le lilm de Francis Mankiewicz, Une Amie d'enfance, a plutôt déçu et le lilm de Jean-Claude Lord, Eclair au chocolat, a connu un échec com- mercial. Bref, depuis trois ans, à part J.A. Martin photographe, le cinéma québécois manque pour le moins de vigueur. Cependant, M. Michael McCabe, directeur général de la Société de développement de l'industrie cinématographique canadienne (SDICC), prédit que 1979 sera une bonne année cinématographique. Il note que la SDICC investira, pour l'année 1978-79, $7.2 millions dans 86 productions en regard de 2 millions dans 60 productions en 1977-78. Des 30 films produits l'an dernier, 12 l'ont été en français et 18 en anglais. (Quand donc verrons- nous les douze films en français ?) « Ces films, nous dit Michael McCabe, portent sur une variété de thèmes». Il affirme qu'

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.