Affordable Access

Publisher Website

Les tombes multiples dans le Néolithique français : aléa statistique ou pratique institutionnalisée ?

Authors
Journal
Bulletin de la Société préhistorique française
0249-7638
Publisher
PERSEE Program
Publication Date
Volume
104
Issue
2
Identifiers
DOI: 10.3406/bspf.2007.13559
Disciplines
  • Archaeology
  • Geography

Abstract

Les sépultures multiples ont été définies comme des tombes où ont été déposés simultanément plusieurs défunts. Longtemps écartées du schéma évolutif des pratiques funéraires néolithiques, elles constituent davantage un objet de fantasme qu’un sujet d’étude: on postule implicitement l’impossibilité de décès naturels simultanés dans ces communautés d’agriculteurs, et l’on élabore volontiers des scénarios variés, qui n’ont de commun que leur caractère dramatique et leurs références comparatistes. Pour reprendre l’étude des tombes multiples du Néolithique français, nous avons emprunté successivement trois chemins complémentaires. Une approche statistique a d’abord montré qu’à l’échelle des funérailles le décès simultané de deux individus n’a rien d’improbable: la proportion de tombes doubles est conforme à celle que suggère la démographie préhistorique. En revanche, le nombre de tombes triples est déjà trop important et la probabilité de plus de trois décès naturels simultanés est nulle. Les observations archéologiques ont ensuite été utilisées pour chercher ce que peuvent avoir d’exceptionnel les tombes qui ont reçu des inhumations multiples. Il en ressort que les tombes doubles ne diffèrent en rien des tombes individuelles de leur environnement. À l’inverse, les tombes contenant quatre sujets ou davantage révèlent une mise en scène spécifique. Le cas intermédiaire, celui des tombes triples, est paradoxal: alors que ces tombes présentent une situation démographiquement improbable, elles sont archéologiquement banales. C’est l’examen des nécropoles concernées qui permet enfin de résoudre ce paradoxe. Si des tombes démographiquement exceptionnelles sont conformes aux tombes individuelles qui les accompagnent, c’est bien parce que dans ces ensembles toutes les sépultures sont exceptionnelles. Cette conclusion est confirmée par l’association dans les mêmes sites de plusieurs tombes multiples. Finalement, si on laisse de côté les quelques tombes témoignant d’événements «catastrophiques», les tombes multiples du Néolithique ancien et moyen sont des structures banales au sein d’un phénomène sépulcral qui ne l’est pas.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.

Statistics

Seen <100 times
0 Comments

More articles like this

Les tombes multiples dans le Néolithique français...

on Bulletin de la Société préhist... Jan 01, 2007

Les pratiques funéraires dans les tombes collectiv...

on Bulletin de la Société préhist... Jan 01, 2000

Les pratiques funéraires dans les tombes collectiv...

on Bulletin de la Société préhist... Jan 01, 2000

Quelles pratiques privilégier dans les classes à a...

on McGill Journal of Education Jan 01, 2008
More articles like this..