Affordable Access

Publisher Website

Le syndrome des ovaires polymicrokystiques – ou les follicules dans tous leurs excès

Authors
Journal
Gynécologie Obstétrique & Fertilité
1297-9589
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
38
Issue
6
Identifiers
DOI: 10.1016/j.gyobfe.2010.04.006
Keywords
  • Syndrome Des Ovaires Polymicrokystiques
  • Hyperandrogénie
  • Excès Folliculaire
  • Physiopathologie
  • Polycystic Ovary Syndrome
  • Hyperandrogenism
  • Follicular Excess
  • Physiopathology

Abstract

Résumé Le syndrome des ovaires polymicrokystiques (SOPMK) est l’étiologie la plus fréquente des troubles d’ovulation et d’hyperandrogénie. Les mécanismes qui sous-tendent le trouble de la folliculogenèse caractéristique du SOPMK semblent résulter d’une hyperandrogénie primitivement ovarienne. Celle-ci serait modulée par des facteurs hormonaux, tels que la LH ou l’insuline. Cette hyperandrogénie ovarienne résulterait d’une véritable dysfonction des cellules stéroïdogènes de la thèque interne, dont l’origine est encore mal comprise. Il semble que des facteurs génétiques complexes puissent être en cause mais ces derniers n’ont pas encore été clairement identifiés. Les cellules de la granulosa présentent également un certain degré de dysfonction. Ainsi, certains facteurs intra-ovariens secrétés par les cellules de la granulosa, comme l’hormone antimüllérienne, sont possiblement impliqués dans le trouble de l’ovulation en bloquant le processus physiologique du recrutement folliculaire. L’ovocyte, quant à lui, pourrait également être un des acteurs possiblement impliqué dans le trouble de la folliculogenèse du SOPMK.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.