Affordable Access

Publisher Website

Cholécystectomie avec extraction trans gastrique (NOSE) : deux années d’expérience et plus de 100 patients pris en charge. Indications. Perspectives (55)

Authors
Journal
Journal de Chirurgie Viscérale
1878-786X
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
147
Issue
4
Identifiers
DOI: 10.1016/s1878-786x(10)70020-6

Abstract

Introduction Nous avons développé depuis début 2008 une technique de cholécystectomie utilisant une mini instrumentation (optique de 5 mm, trocarts opérateurs et instrumentation de 3,5 mm) avec extraction de la pièce opératoire par une gastrotomie antrale (NOSE : Natural Orifice Specimen Extraction). La pièce opératoire étant solidarisée à une sonde gastrique. La technique de dissection et d’exposition du trépied cystique n’est pas modifiée par rapport à une coelioscopie classique. Le but principal est de limiter au maximum le traumatisme pariétal lié aux trocarts et à l’extraction de la pièce opératoire permettant une reprise plus rapide des activités physiques sans risque d’éventration. Résultats Entre avril 2008 et fin mars 2010, 102 patients ont bénéficié de cette technique. Il s’agissait de 72 femmes et 28 hommes d’âge moyen 45 ans (18 à 77 ans) présentant un BMI moyen de 27 (22 à 36). 53 patients présentaient au moins une lithiase de 10 mm ; 20 au moins une lithiase de 15 mm et 10 au moins une lithiase de 20 mm. La plus grosse lithiase retirée mesurant 30 mm de plus grand axe. La fermeture de la gastrotomie antrale (mesurant entre 15 et 25 mm) était réalisée par un surjet de fils résorbable soit monobrin soit tressé 2/0. La durée moyenne de l’intervention était de 48 mn (35 à 75 mn). Pendant cette période 6 procédures ont nécessité une extraction trans pariétale de la pièce opératoire (coelioscopie classique) en raison de l’impossibilité de descendre la sonde gastrique ( n = 1), compte tenu de la taille des lithiases et du volume de la pièce opératoire ( n = 4) et devant une cholécystite aiguë avec artère hépatique droite et cystique court ( n = 1). Aucune complication pariétale abdominale ou gastrique n’était individualisées lors du suivi. Conclusion Notre technique s’inscrit actuellement dans une stratégie de prise en charge des patients présentant une lithiase vésiculaire symptomatique incluant la coelioscopie et les Single Port Surgery. En effet, les meilleurs indications semblent être les patients actifs présentant une surcharge pondérale et des lithiases de moins de 2,5 cm de grand axe. Nous réservons actuellement les techniques à trocart uniques aux pièces opératoires volumineuses. Les développements des techniques et matériels (Hybrid NOTES, NOTES) modifierons sans doute cette stratégie dans les années à venir.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.