Affordable Access

Making Native-Language Policy in Ontario in the 1980s

Authors
Publication Date
Keywords
  • History
  • Education
Disciplines
  • Education
  • Political Science

Abstract

Le Projet des langues autochtones du Nord de 1979-1980 influença le développement d’une politique provinciale pour l’enseignement des langues autochtones en tant que matières d’enseignement et pour la certification des enseignants en langues autochtones en Ontario. Il amena aussi le développement d’un matériel pédagogique d’enseignement de l’anglais langue seconde culturellement approprié, destiné aux écoles fréquentées par les étudiants autochtones du nord de l’Ontario. Le projet fut toutefois incapable de faire progresser l’idée de langues autochtones comme langues d’enseignement. Cet article résume les principales recommandations du projet, examine les réactions des intéressés, décrit le processus d’élaboration de la politique ainsi que les décisions politiques qui en découlèrent, et examine l’impact de ces décisions, particulièrement en ce qui concerne le rôle des langues autochtones en Ontario. Bien que le ministre ontarien de l’éducation, souvent perçu comme un obstacle à l’avancement de l’éducation autochtone, fût prêt à appuyer entièrement l’usage des langues autochtones comme langues d’enseignement, l’opposition de et du développement du Nord fit en sorte que la province abandonna le projet. La suppression des langues autochtones dans les pensionnats fédéraux gérés par l’Église est souvent mentionnée comme étant l’un des facteurs de l’utilisation décroissante de ces langues. On suppose aussi souvent que l’engagement du gouvernement fédéral de 1973 envers l’énoncé de principe La maîtrise indienne de l’éducation indienne (MIÉI) annonça des changements importants dans l’éducation indienne. Cette étude montre que, malgré le MIÉI, les décisions politiques ontariennes contribuèrent à la suppression des langues autochtones, leur attribuant un rôle symbolique dans pratiquement toutes les écoles de l’Ontario dirigées par le gouvernement fédéral et par les conseils scolaires provinciaux. Alors que les décideurs reconnaissaient que bon nombre d’étudiants autochtones du Nord éprouvaient des difficultés sur le plan de la réussite scolaire, ils attribuèrent ces problèmes d’apprentissage à des carences en anglais; leur solution fut l’immersion anglaise des étudiants.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.