Affordable Access

Publisher Website

Valérie Laflamme, Vivre en ville et prendre pension à Québec aux XIXe et XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 313 p.

Authors
Journal
Recherches sociographiques
0034-1282
Publisher
Consortium Erudit
Publication Date
Volume
49
Issue
1
Identifiers
DOI: 10.7202/018200ar
Disciplines
  • Economics
  • Geography
  • Political Science
  • Social Sciences

Abstract

Valérie Laflamme, Vivre en ville et prendre pension à Québec aux XIXe et XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 313 p. Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Compte rendu par Marc-André Lessard Recherches sociographiques, vol. 49, n° 1, 2008, p. 167-169. Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/018200ar DOI: 10.7202/018200ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 14 February 2014 02:45 Ouvrage recensé : Valérie LAFLAMME, Vivre en ville et prendre pension à Québec aux XIXe et XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 313 p. COMPTES RENDUS Valérie LAFLAMME, Vivre en ville et prendre pension à Québec aux XIXe et XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 313 p. Valérie Laflamme a choisi le vivre en pension à Québec comme lieu d’observation « de la formation et du caractère formateur de l’univers urbain » (p. 11) aux XIXe et XXe siècles. Étudier un phénomène aussi général dans une ville aussi particulière peut surprendre, mais y a-t-il meilleure façon de démystifier les trop faciles généralisations évoquées par les mots urbanisation et industrialisation qui font si facilement oublier la diversité des contextes historiques, géographiques, socioéconomiques et culturels ? Or, tout au long de son analyse de la situation québécoise, Val

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.