Affordable Access

Publisher Website

Italian-speaking communities in early nineteenth century Tunis

Authors
Journal
Revue de l Occident musulman et de la Méditerranée
0035-1474
Publisher
PERSEE Program
Publication Date
Volume
9
Issue
1
Identifiers
DOI: 10.3406/remmm.1971.1104
Disciplines
  • Political Science

Abstract

En s'appuyant en grande partie sur les archives du Département d'Etat Américain (Consulat de Tunis) et sur plusieurs travaux antérieurs, l'auteur a donné un tableau des Italiens de Tunisie de 1830 à 1860 environ. Leur nombre a varié et ne peut être affirmé avec certitude. Leur origine remonte à de nombreux Italiens capturés comme esclaves, au Juifs livournais ou Grata venus s'installer à Tunis au XVIIIe siècle, à des exilés qui acquirent d'importantes positions & Tunis, comme médecins par exemple . Grâce à eux, la langue italienne tint une grande place jusqu'au milieu du XIX* siècle et les Italiennes s'allièrent souvent à des membres de l'élite tunisienne, voire de la famille beylicale. L'émigration italienne, importante à partir des années 1830, amena en Tunisie bon nombre de techniciens qui contribuèrent à la modernisation de la Régence, puis des exilés politiques, carbonari entre autres, qui animèrent la vie tunisoise en créant écoles, théâtres, journaux et loges maçonniques. De plus certains Italiens, Calligaris surtout, collaborèrent efficacement à la modernisation de l'armée tunisienne, puis à la formation des cadres du pays par l'école militaire que dirigea Calligaris et qui servit de modèle au fameux Collège Sadiki. Vers 1850 l'influence officieuse italienne décrut, à cause de l'effort français dans la Régence, mais aussi parce que l'unité italienne en formation rappelait beaucoup d'Italiens dans la Péninsule.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.