Affordable Access

Publisher Website

P.24 Fréquence et circonstances de découverte coloscopique des adénomes avancés asymptomatiques

Authors
Journal
Gastroentérologie Clinique et Biologique
0399-8320
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
33
Issue
3
Identifiers
DOI: 10.1016/s0399-8320(09)72656-9

Abstract

Introduction Les recommandations de l’ANAES (2004) précisent la place de la coloscopie dans la détection des néoplasies colorectales. La détection précoce de formes curables constitue un enjeu d’amélioration de leur pronostic. L’objectif était de déterminer la fréquence de découverte des néoplasies colorectales lors de l’examen coloscopique ainsi que les circonstances de cette découverte. Patients et Méthodes L’étude exploite les données issues des deux premiers recueils d’une enquête transversale répétée régionale d’évaluation des pratiques professionnelles concernant les indications de l’endoscopie digestive basse. Ces deux recueils avaient inclus l’ensemble des coloscopies réalisées, par 65 gastro-entérologues, durant deux périodes de 15 jours en 2007. Les résultats étaient déterminés à partir du compte rendu de la coloscopie et de l’examen anatomo-pathologique. Les sujets symptomatiques ainsi que les sujets à risque très élevé ont été exclus de l’analyse. La fréquence de découverte des néoplasies colorectales selon la classification de Vienne : adénocarcinomes, adénomes avancés et adénomes bénins non avancés a été rapportée au nombre total de coloscopies étudiées. Une régression logistique a quantifié les associations entre la découverte d’adénomes avancés, d’une part, et, d’autre part, l’âge, le sexe, le caractère itératif de la coloscopie, les antécédents personnels et familiaux, et la découverte d’un saignement par test Hemoccult ®. Résultats Au total, 1 247 coloscopies réalisées chez des patients asymptomatiques ont été analysées. L’âge moyen était de 61 ± 11 ans. La fréquences de découverte des adénocarcinomes était de 0,8 % [0,04 ; 1,5], celle des adénomes avancés de 9,9 % [8,2 ; 11,5] et celle des adénomes bénins non avancés de 18,8 % [16,6 ; 21]. La régression logistique multivariée a permis de constater une augmentation significative du risque de découverte d’un adénome avancé chez les patients ayant un antécédent personnel d’adénome avancé : OR = 3,3 [1,9 ; 5,9], chez les patients ayant un hemoccult positif : OR = 2,4 [1,3 ; 4,5] ainsi que chez les sujets de plus de 60 ans : OR = 1,7 [1,1 ; 2,6]. En revanche, on ne retrouvait pas d’association avec l’existence d’un antécédent familial, qu’il s’agisse d’un adénocarcinome ou d’un adénome, avant ou après 60 ans. Conclusion La réalisation d’une coloscopie de dépistage de néoplasie colorectale chez des sujets asymptomatiques révèle une fréquence importante d’adénomes avancés. Le suivi des patients ayant un antécédent personnel d’adénome avancé semble particulièrement contributif, alors que l’indication posée sur des antécédents familiaux ne découvre pas plus d’adénomes avancés. D’autre part, le lien avec un hemoccult positif amène à prédire une augmentation importante des découvertes d’adénomes avancés dans le contexte de la généralisation du dépistage organisé.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.