Affordable Access

Jane Birkin ou la volupté d’être

Authors
Publisher
La revue Séquences Inc.
Publication Date
Disciplines
  • Political Science

Abstract

Jane Birkin ou la volupté d’être Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Compte rendu Patrick Schupp Séquences : la revue de cinéma, n° 149, 1990, p. 62-63. Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante : http://id.erudit.org/iderudit/50372ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 16 February 2014 04:45 « Jane Birkin ou la volupté d’être » ETUDE Le Voleur de chevaux (1971) Sept morts sur ordonnance (1975) JANE BIRKIN ou la volupté d'être Birkin, humble.simple, nostalgique, si vivante, si limpide, et en même temps pleine de secrets, et avant tout fascinée par la sincérité...Tous les journalistes (ou ses amis, ou ses partenaires dans la vie) sont d'accord. Mais elle ? la femme-enfant-garçon manqué ? Elle a la volupté de la vulnérabilité, et elle le dit souvent, car elle parle beaucoup, comme le prouvent ses nombreuses interviews. «J'ai toujours besoin d'être rassurée, d'être entourée. Je me suis arrangée depuis toujours pour ne pas être seule.» Et c'est absolument vrai : elle ne l'a jamais été, seule. Elle a trop à faire, et surtout trop à dire: «Je sais, j'ai tort de tant parler. C'est plus fort que moi, je ne peux pas m'en empêcher. Je ne supporte pas un instant de solitude. À peine entrée dans un taxi, je parle au chauffeur. Si j'étais perdue da

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.