Science Pops Open, Ep. 17 : Des poisons et des plantes : mesurer la contamination de notre environnement

Réduire les risques : les boursiers du Fonds AXA pour la Recherche expliquent leurs recherches

Lorsqu’un poison contamine notre environnement, il pollue non seulement le sol et l’eau, mais peut aussi être absorbé par des plantes, ce qui rend ces dernières entièrement ou en partie toxiques. Natalia Ospina-Alvarez se penche sur le cas du thallium, un métal toxique : comment mesurer sa présence dans notre environnement et notre agriculture et les plantes pourraient-elles être elles-mêmes une partie de la solution ?

This article also exists in English: https://www.mysciencework.com/news/12081/science-pops-open-ep-17-plants-poisons-assessing-contamination-in-our-environment

 

Lorsqu’un poison contamine notre environnement, il pollue non seulement le sol et l’eau, mais peut aussi être absorbé par des plantes, ce qui rend ces dernières entièrement ou en partie toxiques. Natalia Ospina-Alvarez cherche à mieux comprendre ce phénomène dans le cas du thallium. Ce métal, principalement introduit dans l’environnement via l’exploitation minière de plomb et de zinc, peut avoir différents niveaux de toxicité : si le thallium-I est bien plus courant, le thallium-III est plusieurs milliers de fois plus nocif. Afin d’évaluer les niveaux de contamination et le danger qu’ils représentent, il est important de connaître la concentration de chaque type de thallium présente dans l’environnement, y compris dans les plantes.

 

Afin d’étudier cela, Natalia Ospina-Alvarez s’est tournée vers la plante Sinapis alba, un membre de la famille des moutardes connu pour accumuler des taux importants de thallium. Seules des traces du très toxique thallium-III y étant présentes, la chercheuse développe une nouvelle méthode pour l’extraire directement du matériau complexe des feuilles des plantes. Grâce à cette technique, elle pourrait obtenir des échantillons avec une plus forte concentration en thallium-III et ainsi réaliser des mesures plus précises. Ces recherches pourraient permettre une meilleure détection du thallium et d’autres polluants présents en très faibles quantités, et ainsi une meilleure détection des risques pour l’environnement comme pour les personnes qui consomment des plantes ayant poussé sur des sols contaminés.  Il est même possible que le travail de la chercheuse constitue une solution au problème : en comprenant mieux la façon dont ces plantes assimilent le thallium, il serait possible de les utiliser pour extraire le poison du sol et ainsi laisser les sols en meilleur état qu’à l’origine.

 

Autres épisodes de Science Pops Open :

 

Episode 1 – "Votre corps peut se défendre contre le cancer. Il lui faut juste un coup de pouce !", avec Margot Cucchetti

Episode 2 – Un regard d’ethnographe pour améliorer la gestion des situations de crises et de conflits, avec Ruben Andersson

Episode 3 - Retomber sur ses pieds après un tremblement de terre, avec Anna Reggio

Episode 4 - La maladie du sommeil : ue symphonie à interrompre, avec Fabien Guegan

Episode 5 - Optimiser le système de protection sociale pour plus d'égalité, avec Sean Slack

Episode 6 - En attendant l'équilibre : les adolescents et leur cerveau, avec Kiki Zanolie

Episode 7 - En attendant la sécheresse ou la montée des eaux, avec Luciano Raso

Episode 8 - Comme un air de tempête sur l'Europe, avec Bogdan Antonescu

Episode 9 - Apprendre à affronter ensemble le changement climatique, avec Sandrine Sidze

Episode 10 - Nourrir les enfants des bidonvilles, avec Sophie Goudet

Episode 11 - Humains jusque dans nos finances, avec Jeroen Nieboer

Episode 12 - Comment (vous) sentez-vous aujourd'hui ?, avec Kalliopi Apazoglou

Episode 13 - Le changement climatique porté par un ruban d'air, avec Nikolaos Bakas

Episode 14 - Comme un air de métro, avec Fulvio Amato

Episode 15 - Prédire l'avenir compliqué de nos écosystèmes complexes, avec Phillip Staniczenko

Episode 16 - De la maladie d'enfance aux antibiotiques innovants, avec Agata Starosta

Episode 18 - La Voix de la tempête, avec Emiliano Renzi