Quand l’Open Access reçoit des prix Nobels

Comment contribuer à une révolution de la publication scientifique ?

Quel est le point commun entre John Gurdon, Shinya Yamanaka, Brian Kobilka et Serge Haroche ? Ils ont effectivement tous reçu un prix Nobel en 2012. Mais à part ça ? Tous ces lauréats du prix Nobel ont choisi de publier les résultats de leur recherche en Open Access. Si plusieurs dizaines d’années de recherche chevronnée sont nécessaires à l’obtention de ce prix, la généralisation de l’Open Access, quant à elle, apparait comme un objectif à la portée de tout un chacun – à condition qu’un grand nombre de voix s’élève pour participer à une révolution en profondeur de la publication scientifique. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette science des Nobels en Open Access et découvrir comment vous pouvez contribuer à ce changement, cet article est fait pour vous.

Quel est le point commun entre John Gurdon, Shinya Yamanaka, Brian Kobilka et Serge Haroche ? Ils ont effectivement tous reçu un prix Nobel en 2012. Mais à part ça ? Tous ces lauréats du prix Nobel ont choisi de publier les résultats de leur recherche en Open Access. Si plusieurs dizaines d’années de recherche chevronnée sont nécessaires à l’obtention de ce prix, la généralisation de l’Open Access, quant à elle, apparait comme un objectif à la portée de tout un chacun – à condition qu’un grand nombre de voix s’élève pour participer à une révolution en profondeur de la publication scientifique. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette science des Nobels en Open Access et découvrir comment vous pouvez contribuer à ce changement, cet article est fait pour vous.

Cet article est une traduction de « Nobel-Worthy Open Access Research » disponible sur : http://blog.mysciencework.com/en/2012/10/24/nobel-worthy-open-access-research.html Cette traduction de l’anglais vers le français a été réalisée par Mayte Perea López.

 

Serge Haroche, physicien français et lauréat du prix Nobel 2012, connait bien l’Open Access. Cela fait longtemps qu’il partage les résultats de ses recherches sur ArXiv, le réservoir de prépublications en Open Access dont son domaine a la chance de pouvoir disposer. La communauté des chercheurs en physique peut se targuer d’une pratique bien ancrée d’ouverture de l’accès à ses données pour faciliter et accélérer les recherches de tous. Cependant, comme le prouvent d’autres lauréats du prix Nobel de cette année, la biologie et la chimie ne sont pas en reste pour ce qui est des réflexes Open Access. Ce soir à Paris, vous aurez l’occasion de renforcer les vôtres.

 

Une recherche ouverte pour des traitements plus efficaces

 

Cette année, John Gurdon et Shinya Yamanaka se sont partagés le prix Nobel de physiologie ou de médecine pour leurs contributions à la science des cellules souches. Tous deux ont été reconnus pour leurs travaux montrant que « les cellules adultes peuvent être reprogrammées pour devenir pluripotentes », c’est-à-dire être capables de se transformer en n’importe quel autre type de cellule de l’organisme, exactement comme le font les cellules souches embryonnaires.

 

prix nobel physiologie John Gurdon
Dr. John Gurdon, lauréat du prix Nobel et auteur d’articles publiés en Open Access (Creative Commons Attr. 2.0 generic license)

 

En 1962, le Dr. Gurdon du Gurdon Institute (Cambridge, Royaume-Uni) est le premier à réussir le clonage d’un animal – une grenouille – en transférant le noyau d’une cellule adulte dans un œuf dont le noyau avait été enlevé. Un têtard en bonne santé était né de ce transfert, prouvant ainsi que le noyau adulte contenait encore toutes les informations nécessaires au développement.

Dans un article publié l’année dernière dans la revue en Open Access PLOS Biology, Gurdon a poussé la compréhension de ce processus plus loin, en montrant que de légères différences dans le génome rendaient le noyau cellulaire d’une espèce incapable d’induire le développement de l’œuf d’espèces de parenté éloignée. Bien que tous les mécanismes ne soient pas encore clairs, cette étude a permis de comprendre le rôle de divers éléments dans le développement.

Le co-lauréat de John Gurdon, Shinya Yamanaka, de l’université de Kyoto et du Gladstone Institutes (San Francisco, États-Unis), a permis à ce domaine de la science de se rapprocher des applications thérapeutiques sur l’homme. En 2006, il a découvert qu’en ajoutant les gènes pour seulement quatre facteurs de transcription aux cellules de la peau d’une souris adulte, il pouvait ramener les cellules à leur état embryonnaire pluripotent. Il a réalisé la même expérience avec des cellules de peau humaines, ouvrant la perspective d’une méthode permettant de bénéficier de tout le potentiel thérapeutique des cellules souches – en médecine régénératrice, par exemple, pour reconstruire les organes endommagés – sans être confronté aux problèmes éthiques associés aux cellules embryonnaires.

Au cours des trois dernières années, le Dr. Yamanaka a publié neuf fois son travail dans la revue en Open Access PLOS ONE. Selon l’éditeur, l’article influent dans lequel il explique cette méthode de reprogrammation des cellules adultes et qui présente un grand potentiel en termes d’applications cliniques, a été lu plus de 16 000 fois. Des milliers d’occasions de partager librement cette découverte importante.

Les lauréats 2012 dans la catégorie Médecine ou physiologie ne sont pas les seuls à avoir partagé librement les résultats de leur recherche avec la communauté de chercheurs et le reste du monde. Brian Kobilka, de la faculté de médecine de Stanford University, est l’un des lauréats de cette année en Chimie et il a également publié dans PLOS ONE, une semaine seulement avant l’annonce de son prix. Ses travaux portent sur les récepteurs couplés aux protéines G – les « capteurs sensoriels » dans les membranes de nos cellules qui contrôlent la plupart de nos réponses aux hormones et aux neurotransmetteurs, ainsi que la vue, l’odorat et le goût. Le fait de comprendre, de manière de plus en plus détaillée, comment ces récepteurs fonctionnent structurellement, améliorera l’efficacité des médicaments. En rendant cette information accessible à autant de personnes que possible, Brian Kobilka doit avoir compris que cela ne peut qu’accélérer et améliorer le processus.

 

Ce soir à Paris: la révolution de l’Open Access a besoin de votre voix !

 

Est-il si surprenant que des lauréats du prix Nobel trouvent un intérêt au fait de s’associer à la publication en Open Access ? Certainement pas. Surtout lorsque l’on sait que Harold Varmus, l’un des trois fondateurs de la revue révolutionnaire qu’est PLoS, est l’un d’entre eux : il s’est vu attribuer le prix Nobel de Physiologie ou médecine en 1989. Le système présente encore quelques failles qui doivent être corrigées, mais cela ne devrait pas demander un effort surnobel. Une réflexion approfondie sera nécessaire sur le financement de la recherche et les possibles modèles économiques pour l’Open Access, ainsi qu’un échange entre un maximum d’acteurs concernés par le partage des résultats de la recherche.

Vous pouvez participer à cet échange ce soir à l’UNESCO, dans le cadre de notre Semaine internationale de l’Open Access. MyScienceWork vous invite à participer à cet évènement en découvrant l’impact de l’Open Access avec des conférenciers de prestige, tous leaders dans le mouvement. La conférence sera suivie d’un pot convivial pendant lequel chacun pourra s’entretenir avec les participants et les intervenants.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site Paris Open Access Week : http://www.openaccessweek-mysciencework.com/#!home/cpa7

 

 

Pour en savoir plus :

Two PLOS Authors Awarded Nobel Prize in Medicine http://blogs.plos.org/blog/2012/10/08/two-plos-authors-awarded-nobel-prize-in-medicine/

Gladstone Scientist Wins Nobel Prize in Medicine http://gladstoneinstitutes.org/pressrelease/2012-10-08/gladstone-scientist-wins-nobel-prize-in-medicine

Interview with Nobel Prize winner Professr Sir John Gurdon http://www.cam.ac.uk/research/video-and-audio/interview-with-nobel-prize-winner-professor-sir-john-gurdon/

Fact sheet on work by Nobel laureate in chemistry Brian Kobilka http://news.stanford.edu/news/2012/october/nobel-kobilka-facts-101012.html

Biography of Serge Haroche, Collège de France http://www.college-de-france.fr/site/en-serge-haroche/biography.htm#|p=../en-serge-haroche/biography.htm|