NightScience : Pour une révolution de l’éducation

Du 13 au 15 juillet s’est tenu le workshop « Learning through Research », organisé par le CRI, Centre de Recherche Interdisciplinaire. En tant qu’étudiante en licence dans ce centre, j’ai pu y assister et intégrer l’équipe MyScienceWork en charge de la communication 2.0 de l’événement. Depuis les serious games jusqu’aux pratiques éducatives innovantes, en passant par la citizen science et les universités en ligne, tous les mots-clés de l’innovation scientifique étaient dans la bouche de ces intervenants charismatiques, véritables « change makers » élaborant des modèles pour l’éducation de demain.

Du 13 au 15 juillet s’est tenu le workshop « Learning through Research », organisé par le CRI, Centre de Recherche Interdisciplinaire. En tant qu’étudiante en licence dans ce centre, j’ai pu y assister et intégrer l’équipe MyScienceWork en charge de la communication 2.0 de l’événement. Depuis les serious games jusqu’aux pratiques éducatives innovantes, en passant par la citizen science et les universités en ligne, tous les mots-clés de l’innovation scientifique étaient dans la bouche de ces intervenants charismatiques, véritables « change makers » élaborant des modèles pour l’éducation de demain.

Night science révolution éducation illustrationNight Science

Un aperçu du Workshop

Vendredi, journée d’inauguration, nous avons eu la chance d’écouter de grands noms du monde scientifique : Lee Hartwell, prix Nobel de physiologie et médecine (2001), Stephen Friend, président du Sage Bionetworks, Claudie Haigneré, présidente d’Universcience, Natalie Kuldell, enseignante au MIT, et enfin François Taddei, directeur du laboratoire Inserm du CRI.

Cette délicieuse mise-en-bouche présageait une suite toute aussi appétissante. En effet, samedi, ce fut un peu moins d’une trentaine de speakers internationaux qui défilèrent dans l’amphithéâtre de la faculté de médecine de Cochin. Une journée intense donc, pendant laquelle certains intervenants m’ont particulièrement marquée : Mélissa McCartney, de la revue Science, qui souhaite aider les étudiants à lire des articles scientifiques grâce à des outils numériques ; James Carey, de l’Université de Californie à Davis, pour ses pratiques éducatives innovantes ; ou encore James Carlson, fondateur de la SchoolFactory.

Un élément étonnant est que, bien que la plupart des speakers ne se connaissaient pas avant le workshop, bon nombre de présentations véhiculaient des idées similaires : « Internet et les nouvelles technologies vont transformer l’éducation et la recherche », « nous ne sommes pas obligés d’aller à l’école pour apprendre », « les jeux de découverte, ça marche, et les chercheurs peuvent compter sur cette science citoyenne », « une autre façon d’apprendre est possible »... Des idées qui font également écho aux valeurs du CRI.

Science, a game for kids

Le CRI, Centre de Recherche Interdisciplinaire

Le CRI est un lieu d’échanges et de rencontres autours des thèmes de la recherche, de la science et de l’éducation. Il abrite la licence FDV (Frontière du Vivant), le master AIV (Approche Interdisciplinaire du Vivant), et l’école Doctorale FDV, dirigés respectivement par François Taddei, Ariel Lidner, et Samuel Bottani ; ainsi qu’un laboratoire Inserm travaillant sur le vieillissement.

Mais ce centre va devenir, dès septembre 2012, l’Innovative Institute of Fomation through Research (IIFR).  C’est donc pour inaugurer l’IIFR et réfléchir sur ses nouvelles formations (un master, un diplôme universitaire, et un programme doctoral), que le workshop s’est organisé.

Et oui, au CRI, même les workshops sont innovants ! C’est pourquoi l’ensemble des speakers s’est vu proposer de participer au design des formations, par petits groupes. J’ai pris part aux discussions sur Executive Program, dont le but est d’appendre à enseigner. J’ai ainsi partagé ma vision de ce que serait un cours parfait, et débattu sur la manière dont ce cursus pourrait s’organiser.

 

Vers un « élève-centrisme » ?

Enfin, comme conclusion de la journée, chacun  s’est exprimé sur ce qu’il avait tiré du workshop. Une parole de François Grey, président du Citizen Cyberscience Centre, m’a particulièrement plu : « Hier c’était le 14 juillet, commémoration de la Révolution Française, figurée par la prise de la Bastille. Mais la science a aussi connu de grandes révolutions, par exemple Copernic et sa théorie héliocentriste. Aujourd’hui nous aussi, nous sommes peut-être en train de vivre une révolution en éducation : ce ne seraient plus les élèves qui graviteraient autours de professeurs, mais plutôt les enseignants qui tourneraient autours des élèves ».

Nous vous invitons à visionner la vidéo événement produite par MyScienceWork pour découvrir l'ambiance de ce passionnant workshop et faire connaissance avec les intervenants prestigieux qui ont, au cours de ces 3 journées, partagé avec nous leur rêve de voir se construire un nouveau modèle pour l'éducation des jeunes de demain.

A propos de l’auteur Fanny Bernardon

Après avoir passé un bac S, j’ai intégré la première promotion de la licence Frontière de Vivant de Paris Descartes, au CRI. Cet environnement stimulant m’a permis de me familiariser avec les problématiques de la recherche et de l’éducation qui me passionnent. J’ai eu l’opportunité d’y co-fonder le club de journalisme scientifique, NakedScience.

Pour en savoir plus :

Site nightscience http://www.nightscience.org/

Notre Storify (en anglais) pour revivre l’événement http://storify.com/mysciencework/nightscience-learning-through-research-the14th-of/preview

Citizen science sur MyScienceWork : rencontre entre la science et les citoyens http://blog.mysciencework.com/2012/03/01/citizen-science-rencontre-entre-la-science-et-les-citoyens.html