MyScienceWork dans Interactions-UTC (juin 2011)

Interactions-UTC est le E-magazine de l’Université de Technologie de Compiègne (UTC). Les internautes peuvent y retrouver toute l’actualité de la 1ère école d’ingénieurs post-bac, à travers sa recherche et son innovation. Le N°14 de juin s'intéresse au dossier "Le doctorat, passeport pour l'innovation"? Dans ce dernier, un article concernant le projet MyScienceWork associé à un portrait de sa fondatrice, ancienne étudiante de l'UTC, sont mis en ligne.

 

Interactions-UTC est le E-magazine de l’Université de Technologie de Compiègne (UTC). Les internautes peuvent y retrouver toute l’actualité de la 1ère école d’ingénieurs post-bac, à travers sa recherche et son innovation. Le N°14 de juin s'intéresse au dossier "Le doctorat, passeport pour l'innovation"? Dans ce dernier, un article concernant le projet MyScienceWork associé à un portrait de sa fondatrice, ancienne étudiante de l'UTC, sont mis en ligne.

"

En permettant d’alterner périodes de recherche, d’enseignement et expériences en entreprise, tout en autorisant la création de start-up, le doctorat fait émerger un professionnel de la recherche et de l’innovation, aux qualités souvent reconnues de chef de projet

"

Retrouvez l'ensemble du E-magazine:

[issuu layout=http%3A%2F%2Fskin.issuu.com%2Fv%2Flight%2Flayout.xml showflipbtn=true documentid=110620093648-0a1091d3d1d94bfb951299891770bc3f docname=interactions_14 username=mysciencework loadinginfotext=Interactions%2014%20UTC showhtmllink=false tag=ingenieur width=420 height=264 unit=px]  

Article UTC Interactions

Retrouvez l'extrait d'Interactions concernant le projet MyScienceWork:

Un docteur au service de l’interdisciplinarité

MyScienceWork, nouveau réseau social pour chercheurs, devrait prochainement faire son apparition sur le web. Sa créatrice, Virginie Simon, est une jeune ingénieur-docteur avant tout passionnée par l’interdisciplinarité.

"

Je me disais que si j’avais pu mener à bien mon doctorat, je devais être capable de relever bien d’autres challenges, comme celui de monter ma propre structure

"

Rassembler des scientifiques et les faire communiquer sur des sujets multidisciplinaires au sein d’un même réseau social. Tel est l’objectif du projet MyScienceWork, né de la volonté de Virginie Simon de disposer d’une telle plate-forme de communication au cours de sa thèse CIFRE réalisée au sein de Nanobiotix, start-up spécialisée dans la nanomédecine appliquée à la thérapie du cancer. « Portant sur les nanotechnologies, mon travail de thèse s’avérait pluridisciplinaire, explique-telle. Or, il m’est rapidement apparu que chaque discipline, qu’il s’agisse de la biologie, de la chimie ou de la physique, avait un langage propre et des bases de données spécifiques ». En moins de trois ans, la doctorante voit également l’effectif de la start-up passer de 3 à 25 personnes, assiste à des levées de fonds, des recrutements, des déménagements… « En plus de l’intérêt scientifique de mon sujet de thèse, cette expérience professionnelle m’a réellement confortée dans le fait de créer ma propre structure, se souvient-elle.

Sa thèse à peine soutenue, Virginie franchit donc sans hésiter le pas et endosse la casquette d’entrepreneuse en montant MyScienceWork. Sa connaissance du milieu de la recherche et des bases de données utilisées par les chercheurs, lui permet en effet d’imaginer une maison d’édition virtuelle en "open access" associée à un réseau social scientifique. À l’instar du site www.researchgate.net, désormais célèbre réseau social américain entre chercheurs, MyScienceWork offrira donc bientôt aux chercheurs et scientifiques de toutes les disciplines des applications web 2.0.

« L’idée du projet est bel et bien de devenir un outil de travail performant multilingue à destination des chercheurs, qui pourront non seulement communiquer entre eux via un réseau social qui leur est propre, mais également déposer du contenu - articles, thèses, publications, créer leur propre bibliothèque scientifique, constituer des groupes de travail, mettre à disposition de leurs collègues des aides au protocole, ou encore bénéficier de conférences virtuelles, d’une bourse à l’emploi…». Une trentaine de disciplines devraient ainsi cohabiter sur ce nouveau site communautaire, dont la mise en ligne est prévue pour juin 2011, pour faire de MyScienceWork le premier réseau social professionnel scientifique en Europe. www.mysciencework.com

Et sur le site: http://interactions.utc.fr/actualites/valorisation/article/mysciencework-nouveau-reseau

Start-up MyScienceWork : nouveau réseau social pour chercheurs

Interactions-UTC

 

Retrouvez le portrait de Virginie Simon complétant l'article sur interactions.utc.fr

Lien direct: http://interactions.utc.fr/actualites/portrait-21/article/femme-chercheur-et-entrepreneur [issuu layout=http%3A%2F%2Fskin.issuu.com%2Fv%2Flight%2Flayout.xml showflipbtn=true documentid=110620101343-97a7296fcefe4720b9a911efafbe55f9 docname=interactions_portrait_v._simon username=mysciencework loadinginfotext=Interactions%20UTC showhtmllink=false tag=simon width=420 height=297 unit=px]  

Article UTC Interactions

Virginie Simon par David Josserond

Femme, chercheur et entrepreneur

Passionnée de nanotechnologies et de philosophie, Virginie Simon, jeune ingénieur-docteur, vient de créer sa société : MyScienceWork. Portrait…

Son parcours illustre à lui seul le rapprochement opéré fin 2010 entre l’UTC et l’Université Pierre et Marie Curie (UMPC) dans la constitution du premier pôle technologique de France au sein du PRES Sorbonne Universités. Diplômée ingénieure de l’UTC en génie biologique, Virginie Simon a en effet, bien avant ce rapprochement, réalisé un master II à l’UPMC en parallèle de sa dernière année de cursus d’ingénieur. « La valeur ajoutée de ce partenariat se joue aujourd’hui sur plusieurs tableaux : la formation, la recherche, la valorisation et le transfert de technologies, précise-t-elle. La création d’un double cursus pourrait également être une formidable opportunité pour les étudiants des deux institutions d’optimiser leur formation en fonction de leur projet professionnel ».

Son projet professionnel, Virginie le dessine quant à elle très tôt à l’UTC, qu’elle intègre en 2003 pour « son cursus à la carte et sa spécialisation en biotechnologies ». Un premier stage de six mois en cancérologie au sein des laboratoires Servier lui fait découvrir ses premières manips de recherche. « Ce premier stage a conforté mon goût pour la recherche, même si l’idée de devenir ultra spécialisée dans un mécanisme biologique m’ennuyait ». Dès la deuxième année de son cursus d’ingénieur, Virginie décide donc de suivre des cours de philosophie par correspondance. « Ayant passé à l’UTC toutes les UV de philosophie, j’ai facilement pu valider une équivalence et intégrer la deuxième année de licence à la faculté de Nanterre. L’idée était alors peut-être pour moi d’aborder différemment la génétique ou les biotechnologies, disciplines dans lesquelles la science côtoie de manière très étroite la philosophique et l’éthique ».

Passionnée par les biotechnologies, Virginie se tourne rapidement vers les nanotechnologies. Après l’obtention d’un master II en génétique à l’UPMC, l’occasion se présente alors à elle d’embrayer sur une thèse CIFRE au sein de Nanobiotix, start-up spécialisée dans la nanomédecine appliquée à la thérapie du cancer, où la jeune ingénieure réalise aussi son projet de fin d’étude. « Dans le domaine de la recherche, le doctorat reste la référence, tant en France qu’à l’étranger, précise Virginie. Or, je souhaitais également intégrer le monde de l’entreprise. J’ai donc naturellement opté pour une thèse CIFRE ». En partenariat avec l’équipe Instabilité des microsatellites et cancers (Inserm/UPMC) et sous l’égide de l’école doctorale de l’UMPC, Virginie étudie alors les interactions entre différents types de nanoparticules et les cellules tumorales. En moins de trois ans, l’ingénieur UTC voit l’effectif de la start-up passer de 5 à 25 personnes, assiste à des levées de fonds, des recrutements, des déménagements… « En plus de l’intérêt scientifique de mon sujet de thèse, cette expérience professionnelle m’a réellement conforté dans le fait de créer ma propre structure, explique-t-elle. Je me disais que si j’avais pu mener à bien mon doctorat, je devais être capable de relever bien d’autres challenges ». Sa thèse à peine soutenue, Virginie franchit alors sans hésiter le pas et endosse la casquette d’entrepreneuse en montant MyScienceWork. Sa connaissance du milieu de la recherche et des bases de données utilisées par les chercheurs, lui permet en effet d’imaginer une bibliothèque numérique en « open access » associée à un réseau social scientifique. « MySciencework est la plateforme que j’aurais tant souhaitée avoir à disposition pendant ma thèse : un espace de travail performant multilingue offrant une valorisation des bases de données scientifiques en archives libres et permettant aux chercheurs de disciplines différentes d’apprendre à se connaître en communiquant leurs travaux de recherche via leur propre réseau social ». Une trentaine de disciplines devraient donc bientôt cohabiter sur le site de MySciencework, dont la mise en ligne est prévue pour juin 2011. Objectif : devenir le premier réseau social professionnel scientifique en Europe.

Fondatrice et Présidente de MySciencework, tout récemment élu meilleur espoir de création d’entreprise de l’année « Prix de l’entrepreneuse », Virginie s’engage également en faveur de la promotion des sciences auprès des femmes, en participant à de nombreux évènements pour inciter les jeunes femmes à s’orienter vers les carrières scientifiques. Lauréate des prix Excellencia en 2008 (trophée de la femme ingénieur high-tech) et Sensationnelles 2010, concours organisé par TV5 Monde, Virginie juge, à l’instar du monde de la recherche, l’entrepreneuriat « encore trop masculin ». Pas étonnant alors de voir son projet MySciencework incubé au sein de Paris Pionnières qui accompagne spécifiquement les femmes dans la création d’entreprises de services innovants. L’occasion avant tout pour la jeune entrepreneuse de développer un nouveau réseau, forcément pluridisciplinaire.

 

Bio-express

1982 : nait à Chambray-lès-Tours (37) 2000 : obtient son bac scientifique (mention B) 2001-2002 : entame des études de médecine à l’université de Tours 2003 : décroche un DEUG en « Biotechnologies » (mention B) puis intègre l’UTC en génie biologique 2005 : décroche un DEUG en Philosophie (cours par correspondance) 2006 : est diplômée ingénieur UTC, obtient un master II en génétique à l’UPMC (mention B) et débute une thèse CIFRE en nanotechnologies contre le cancer au sein de la start-up Nanobiotix 2009 : obtient son titre de docteur de l’UPMC spécialité complexité du vivant 2010 : créé sa société MyScienceWork