Les défis de la vie dans l’espace

Le prochain #CNESTweetup révèlera les moments les plus impressionnants, inspirants et drôles de la vie d’un astronaute

À quoi ressemble réellement la vie dans l’espace ? Notre imaginaire ne manque pas de supports pour s’en faire une idée : films, séries, romans, bandes dessinées… Source inépuisable de fantasmes, il en découle une multitude de représentations différentes et plus ou moins farfelues. La réalité n’a pourtant rien à envier aux scènes les plus impressionnantes du 7e art. Au contraire ! Les conditions de vie dans l’espace sont si extraordinaires et si différentes de celles que nous connaissons sur Terre qu’elles sont difficilement reproductibles dans la fiction.

Pour le prouver, le CNES vous invite à la rencontre de deux astronautes de l’ESA Thomas Pesquet (par téléphone) et Jean-François Clervoy et du responsable des vols spatiaux habités, François Spiero (CNES). Rendez-vous mardi 17 mars à 19h30 au café du Pont-neuf à Paris ou sur Twitter via le hashtag #CNESTweetup.

À quoi ressemble réellement la vie dans l’espace ? Notre imaginaire ne manque pas de supports pour s’en faire une idée : films, séries, romans, bandes dessinées… Source inépuisable de fantasmes, il en découle une multitude de représentations différentes et plus ou moins farfelues. La réalité n’a pourtant rien à envier aux scènes les plus impressionnantes du 7e art. Au contraire ! Les conditions de vie dans l’espace sont si extraordinaires et si différentes de celles que nous connaissons sur Terre qu’elles sont difficilement reproductibles dans la fiction.

Pour le prouver, le CNES vous invite à la rencontre de deux astronautes de l’ESA Thomas Pesquet (par téléphone) et Jean-François Clervoy et du responsable des vols spatiaux habités, François Spiero (CNES). Rendez-vous mardi 17 mars à 19h30 au café du Pont-neuf à Paris ou sur Twitter via le hashtag #CNESTweetup.

Thomas Pesquet s'entraîne sur un modèle de l'ISS sous l'eau.
Il se prépare à travailler en apesanteur dans l'espace.
(Image : NASA/ESA)

Les astronautes ne sont jamais à court d’anecdotes amusantes sur la vie dans l’espace. Jean-François Clervoy raconte, par exemple, cette fois où une flaque de transpiration a traversé le cockpit d’une navette spatiale : « L’un de mes coéquipiers faisait du vélo « d’appartement » à l’intérieur du cockpit. De la transpiration se formait sur son dos. Au bout d’un moment, ça s’est carrément transformé en flaque. Une flaque frétillante puisqu’il continuait à pédaler. Avec les autres membres de l’équipage, la situation nous amusait beaucoup. Tout d’un coup, il a fait un mouvement brusque et la flaque d’eau s’est dirigée droit sur nous ! Ça a été fou rire général ! ». 

Promiscuité et défis psychologiques

En dépit de ce type de situations comiques et un brin burlesques, les conditions de vie dans l’espace sont un véritable défi physique et psychologique. L’absence de pesanteur, la perte de repères, le confinement, le manque d’espace, l’éloignement avec la Terre nécessitent des nerfs pour le moins solides et une forme physique optimale. Les gestes du quotidien les plus anodins revêtent une dimension nouvelle. Dormir, manger, se doucher, aller aux toilettes… « Tout ça demande de l’entraînement et une période d’adaptation, » raconte Jean-François Clervoy, « sans parler des risques associés à un séjour dans l’espace. Ils nous accompagnent à chaque voyage et il faut savoir faire avec…» Malgré tous ces défis, l’astronaute confie volontiers que les séjours dans l’espace lui paraissent toujours trop courts, « J’ai toujours l’impression de ne pas avoir eu assez le temps de contempler la Terre et d’en apprendre tous les recoins et tous les reliefs », confie-t-il.

Vue de la station spatiale internationale
(Crédit : Kimika Ying / Flickr)

Les astronautes : des rock stars de l’espace

Rencontrer un astronaute, c’est un peu comme rencontrer un chef d’État ou une rock star. Ça n’arrive pas tous les jours ! Il n’y a eu que 9 français dans l’espace depuis le début de la conquête spatiale. Ils se partagent 17 vols dont la plupart ont eu lieu avant 1992. « Comme partout, c’est la crise. Les voyages dans l’espace sont plus rares et les places sont plus chères » explique François Spiero, responsable des vols habités au CNES

Pas de quoi s’inquiéter pour l’avenir du spatial pour autant. « Les Etats-Unis, l’Europe, la Chine, la Russie et le Japon se concentrent désormais sur les voyages vers la Lune et vers Mars. » raconte François Spiero. Le but ultime : une mission habitée sur Mars ! En attendant, il faut s’y préparer et la Lune constitue un bon terrain d’entrainement pour relever les défis techniques considérables des voyages spatiaux interplanétaires et de longue durée. 

Quels sont les plus grands challenges de la vie dans l’espace ? Dans quel état d’esprit se trouve t-on quand on décolle ? Quand on contemple la Terre de là-haut ? Les voyages interplanétaires seront-ils différents ? Comment les futurs grands voyageurs pourront-ils supporter le confinement d’une navette spatiale pendant les longs mois que durera le voyage vers Mars ? Pour les réponses à ces questions et à celles que vous vous posez, rendez-vous mardi 17 mars à 19h30 au café du Pont-neuf à Paris ou sur Twitter en suivant le hashtag #CNESTweetup.

L'astronaute Jean-François Clervoy travaille sur son ordinataeur
dans la navette spatiale Discovery , le 21 décembre 1999.
(Crédit : NASA)