De nouvelles images suggèrent que de l'eau coulerait sur Mars

Une récente étude publiée dans Science étudie l’origine de longues traces sombres qui apparaissent à la surface de Mars pendant les saisons chaudes puis disparaissent. Plusieurs éléments montrent qu’il y a eu, dans le passé, des écoulements d’eau salée sur Mars. Néanmoins, les preuves définitives montrant qu’il existerait encore aujourd’hui de l’eau restent toujours rares. Le sujet est encore largement débattu d’autant que la présence d’eau sur Mars augmenterait dramatiquement la probabilité d’y trouver des traces de vie.

Une récente étude publiée dans Science étudie l’origine de longues traces sombres qui apparaissent à la surface de Mars pendant les saisons chaudes puis disparaissent. Plusieurs éléments montrent qu’il y a eu, dans le passé, des écoulements d’eau salée sur Mars. Néanmoins, les preuves définitives montrant qu’il existerait encore aujourd’hui de l’eau restent toujours rares. Le sujet est encore largement débattu d’autant que la présence d’eau sur Mars augmenterait dramatiquement la probabilité d’y trouver des traces de vie.

 

Des traces suspectes à la surface de la planète Mars

 

En 2006 et après 7 mois de voyage, la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter) de la NASA a rejoint l’orbite de la planète Mars. Depuis, la caméra de l’expérience HiRISE (High Resolution Imaging Science Experiment) capture des clichés de la surface de Mars avec une résolution de 30 cm. En 2010, seul 1% de la surface de la planète a été photographiée mais plusieurs preuves suggèrent que de l’eau liquide coulerait sur Mars durant les mois les plus chauds.

 

Les lignes de pente récurrentes sur Mars. Image credit: NASA/JPL-Caltech/Univ. of Arizona
paysage martien
 

De longues traces sombres, de 0.5 à 5 mètres de large, ont été observées par HiRISE sur plus de 7 sites de l’hémisphère sud de la planète Mars. Ces longues traces, appelées RSL « recurring slope lineae » (lignes de pente récurrentes), apparaissent lors des saisons chaudes, puis s’étendent au cours du temps sur plusieurs centaines de mètres le long de pentes relativement bien marquées (>27°). Par ailleurs, les traces contournent les obstacles topologiques plutôt que de les gravir et leur extension avance à une vitesse de 0 à 20 mètres par jour en moyenne (ce chiffre étant une moyenne très grossière). HiRISE a enregistré les variations saisonnières de ces traces qui disparaissent lors de la saison froide puis réapparaissent lors du prochain réchauffement. Une hypothèse propose des flux de matière solide (du sable par exemple) comme étant à l’origine d’autres traces sur les pentes de Mars mais n’expliquant pas les variations saisonnières. Ainsi, l’existence d’un liquide volatile est donc probable mais rien n’a encore été observé.

 

Une hypothèse plausible : la présence d’eau salée

 

L'eau, un élément nécessaire à la vie. (c) Alan Z. Uster - Fotolia
Planete Terre
 

Les chercheurs de l’université d’Arizona retiennent parmi plusieurs hypothèses l’existence d’eau salée liquide comme étant la cause la plus probable de ces traces. Selon les scientifiques, les températures maximales de la surface de Mars varient entre -23 et 27°C (avec des pics de température pouvant dépasser ces valeurs). L’eau salée ayant une température de solidification bien plus basse que l’eau pure (elle peut atteindre -200°C), celle-ci a plus de chance de pouvoir exister sur Mars. La concentration en sel de l’eau sur Mars serait probablement très proche de l’eau des océans terrestres. Pourtant les mesures spectrométriques de la sonde MRO n’ont pour l’instant détecté aucun signal particulier ni aux fréquences de signature de l’eau ni aux autres fréquences à la surface de Mars. Il est néanmoins possible que le liquide se trouve dans la première couche sous la surface de la planète ce qui serait compatible avec la présence déjà observée de glace proche de la surface.

D’autres hypothèses ont été considérées, notamment des écoulements de matières solides, des vents forts ou des variations de CO2 déjà responsables de nombreux éléments dynamiques sur Mars. Toutefois aucune n’arrive à expliquer à la fois la localisation géographique des RSLs et leur saisonnalité et les températures estimées ne permettraient pas la présence de CO2 dans ces régions. En prenant ces températures en compte, les scientifiques de l’université d’Arizona suggèrent que l’eau liquide pourrait contenir les minéraux suivants : magnésium, sodium, calcium et sulfates de fer.

 

En conclusion, les images de la surface de Mars prises par la sonde MRO apportent constamment de nouvelles informations quant à la composition de la planète rouge. De plus en plus d’éléments soulèvent l’hypothèse de la présence d’eau liquide sur Mars bien que plusieurs points restent incompris à ce jour. L’étude présentée dans Science en août 2011 suggère fortement la présence d’eau salée marquant ces grandes traces sombres lors du printemps martien. Malgré l’absence de signal spectral révélant la présence d’eau ou de matière humide à la surface de la planète, ceci est la preuve la plus convaincante de la présence d’eau. Ainsi, alors qu’augmente la quantité de données détaillant la planète Mars, on peut espérer une prochaine convergence des explications des divers phénomènes afin de guider les recherches pour des traces de vie vers des zones géographiques précises d’ici là, de très belles images de la surface de Mars sont disponibles sur le site internet du projet HiRISE.

 

[1] Seasonal Flow on Warm Martian Slopes, A. McEwen, L. Ojha, C. Dundas, S. Mattson, S. Byrne, J. Wray, S. Cull, S. Murchie, N. Thomas, V. Gulick, Science 333, 740 (2011)  

 

Articles Similaires sur MyScienceWork:

 

Mission spatiale : recyclage de l'urine.

Le roman Dune aurait-il influencé la NASA ?

[email protected] : Piéger une molécule d'eau dans une cage de carbone  

 

En savoir plus :

 

1) NASA Spacecraft Data Suggest Water Flowing on Mars, G. Webster, S. Cole, D. Stolte, NASA (2011), http://www.nasa.gov/mission_pages/MRO/news/mro20110804.html

2) L’eau sur Mars, O. Esslinger, http://www.astronomes.com/le-systeme-solaire-interne/leau-sur-mars/