Concours zéro G du CNES

15 étudiants ont gagné leur ticket pour l’apesanteur

Einstein se confiait à Marie Curie en lui avouant qu’il rêvait de se trouver dans un ascenseur en chute libre. Aujourd’hui il est possible d’expérimenter l’impesanteur grâce aux vols paraboliques effectués dans l’Airbus 300 Zero-G, propriété de la société Novespace, une filiale du CNES. Depuis 1998, cet avion de ligne, spécialement aménagé pour ces vols, effectue des séries de 30 montées abruptes qui se terminent par une descente en chute libre de 22 secondes, moteurs coupés. Une expérience fascinante, un rêve pour beaucoup d’entre nous.

Einstein se confiait à Marie Curie en lui avouant qu’il rêvait de se trouver dans un ascenseur en chute libre. Aujourd’hui il est possible d’expérimenter l’impesanteur grâce aux vols paraboliques effectués dans l’Airbus 300 Zero-G, propriété de la société Novespace, une filiale du CNES. Depuis 1998, cet avion de ligne, spécialement aménagé pour ces vols, effectue des séries de 30 montées abruptes qui se terminent par une descente en chute libre de 22 secondes, moteurs coupés. Une expérience fascinante, un rêve pour beaucoup d’entre nous.

 

Fin 2012, le CNES, l’ESA et Novespace ont annoncé de quoi donner espoir à plus d’un passionné : l’ouverture au public des vols paraboliques ! Et oui pour 5980€, toute personne majeure en bonne santé peut se payer un billet en apesanteur et contribuer au maintien financier de l’avion. Et le CNES se réserve 12 places par vols (qui en compte 40) pour ses missions de promotion des activités spatiales et ses activités éducatives. C’est dans ce cadre, qu’a été organisé le concours Zéro G avec à la clef 27 places pour les trois campagnes 2013 de vols paraboliques. MyScienceWork a eu la chance d’être invité à prendre part au jury, dans la catégorie Etudiants, au côté de Jean-François Clervoy, astronaute et président de Novespace, Dominique Rojat et Jacques Perrin de l’inspection générale de l’Education Nationale, Christian Lardier, journaliste et Claire Edery-Guirado du service jeunesse du CNES. 25 dossiers sur 68 dossiers avaient été retenus pour venir présenter leur projet le 20 février, au siège du CNES, une occasion pour nous de rencontrer des jeunes gens talentueux et passionnés par le spatial.


vols paraboliques
Les participants au concours et le jury © CNES / Flickr Album photo consultable sur http://www.flickr.com/photos/pkpro/sets/72157632816370919/

C’est aussi la diversité des profils des passionnés du spatial qui m’a marquée. Il y avait par exemple Pierre Barreau, 16 ans, pilote, co-réalisateur avec son frère d’une série de films utilisant les images de Hubble : One night in the Cosmos, primé aux « Gold panda awards ». Il y avait aussi Baptiste Moeglin et Fouad Amchi, deux étudiants de l’école de l’air que l’on repère sur la photo grâce à leurs beaux uniformes. Des projets originaux nous ont aussi été présentés. Antoine Mariot, doctorant à l’université de Poitiers, a parlé de son travail d’étude de la dégradation  des huiles lubrifiantes.


Maxime Puteaux, owni par ces jeunes scientifiques, étudie le droit de l'Espace et des Télécommunications, une thématique complexe soulevant des enjeux importants.


Il a aussi eu plusieurs projets de CanSat, de ballon stratosphérique et de fusée expérimentale. Trois jeunes de l’IUT de Kourou, représentés par Marlon Siesa, feront d’ailleurs le voyage pour participer au vol du 23 juin grâce à leur prototype de ballon sonde avec transmission en temps réel des données aux sols.


vols paraboliquesE-porteur - démonstrateur aéroporté composé de deux avions de modélisme, développé par Jérémy ORWIN-ZMIJOWSKI et l’association OCTAVE.

Il y aussi eu des approches plus scientifiques, par exemple le projet de William Rapin, ISAE, ou l’étude statistique de la corrélation entre des indices de végétation observables par imagerie satellite et des indices de climat présentée par Clément Walter, Mines ParisTech. Quelques filles étaient présentes parmi les candidats. Nous avons apprécié le travail bibliographique sur les exoplanètes d’Aurore Dany, ISAE, et l’approche ingénierie d’un objet de recherche, à savoir le moteur ionique, présentée par Diane Bienaimé, Polytechnique. Lisseth Gavilan, l’une des deux seuls doctorants présents, a présenté son étude de la formation de l’hydrogène moléculaire dans l’espace interstellaire.


En définitive, au sortir des présentations le jury était bien ennuyé. « Ce sera un arrache-cœur que de départager ces jeunes gens ultra-motivés, » était le sentiment de chacun. Heureusement que Jean-François Clervoy était présent, plein de bienveillance et enclin à tirer sur les lignes du concours pour faire gagner un maximum de candidats méritants.

Nous sommes heureux d’avoir constaté une fois de plus que le spatial favorisait les vocations et produisant des profils de jeunes hommes et femmes talentueu(ses)x. Nous leur souhaitons à tous de réussir à mener leur parcours vers les objectifs qui les font rêver. Car avoir une passion, c’est déjà être chanceux. Les rêves donnent à ceux qui les possèdent la possibilité d’éventuellement les réaliser. En contrepartie, nous espérons qu’ils penseront bien à prendre leur appareil photo et à partager sur la toile numérique les images de leur fantastique expérience en apesanteur.

 

Découvrez les résultats :

Dans la catégorie "Etudiants", les personnes suivantes ont été déclarées Gagnantes et suppléantes et affectées sur les 3 vols prévus en 2013 :

VOL DU 15 MARS 2013 (aéroport de Bordeaux) :

  • Robin Castellon, ISAE Toulouse (CanSat) : vol du 15/03
  • Aurore Dany, ISAE Toulouse (bibliographie exoplanètes) : vol du 15/03
  • Antoine Mariot, Université de Poitiers (techno lubrifiants) : vol du 15/03
  • Baptiste Moeglin, Ecole de l'Air (EuroMoonMars 2012) : vol du 15/03
  • Clément Walter, Mines Paris Tech (traitement image): vol du 15/03

 

VOL DU 23 JUIN 2013 (aéroport du Bourget) :

  • Diane Bienaimé, Ecole Polytechnique (propulsion ionique) : vol du 23/06
  • Andréa Campa, ISAE Toulouse (orbitographie) : vol du 23/06
  • Amandine Champlain, ENSICA Toulouse(Fusée expérimentale) : vol du 23/06
  • William Rapin, ISAE Toulouse (instrumentation Insight) : vol du 23/06
  • Marlon Siesa, IUT de Kourou, (ballon stratosphérique) : vol du 23/06

 

VOL DU SECOND SEMESTRE (date à préciser ultérieurement) :

  • Fouad Amchi, Ecole de l'Air (ballon stratosphérique) : vol du second semestre
  • Léa Boile, ISAE/ENSMA (ballon stratosphérique) : vol du second semestre
  • Lisseth Gavilan, LERMA, Observatoire de Paris (astrophysique expérimentale) : vol du second semestre
  • Rémi Meyer, Université de Besançon (projet Parabole) : vol du second semestre
  • Nicolas Roussel, INSA Toulouse (traitement sol en géodésie) : vol du second semestre

 

SUPPLEANTS (remplaceront, dans l'ordre indiqué, les gagnants indisponibles)

  • N° 1 : Vincent Jean-Luc Barreau, Télécom St Etienne
  • N° 2 : Maxime Puteaux, Institut du Droit de l'Espace et des Télécommunications, Sceaux,
  • N° 3 : Jérémy Korwin-Zmijowski, UFR Sciences, Evry
  • N° 4 : Yao Gapotih Elly,  UFR Sciences, Evry
  • n° 5 : Sylvain Morilhat, Supaéro, Toulouse
  • N° 6 : Jean-Baptiste Receveur, Supaéro, Toulouse
  • N° 7 : Lucile Fayon, ESTACA
  • N° 8 : Axel Plez, ISAE/ENSMA
  • N° 9 : Michael Capelli, ENSEIRB, MATMECA
  • N° 10 : Léo Girard, Université de Savoie, Chambéry