3 Questions à Ghislaine Chartron : les acteurs et l’impact du mouvement open

Le Forum du GFII s'intéressera aux mutations en cours dans l'industrie de l'information et de la connaissance

Le forum du GFII, association pour les professionnels du marché de l'information et de la connaissance, revient pour son édition 2014. Le thème de cette année : les évolutions actuelles de l'industrie de l'information et de la connaissance. Ghislaine Chartron, professeure au CNAM, animera une conférence plénière sur la “Géopolitique de l'Open : les gagnants et les perdants”. En amont du Forum, nous lui avons posé quelques questions sur les tendances, les acteurs et l’impact du mouvement open.

Le forum du GFII, association pour les professionnels du marché de l'information et de la connaissance, revient pour son édition 2014. Le thème de cette année : toutes ces évolutions dans l'industrie de l'information et de la connaissance. L’open data, le financement des politiques open, les innovations dans la communication scientifique, les MOOC… Le 8 et 9 décembre prochain 350 participants se retrouveront pour échanger autour de tous ces changements dans un ambiance conviviale.

Ghislaine Chartron, Professeure en Sciences de l’information et de la communication au Conservatoire national des arts et métiers et animatrice du Groupe de travail GFII Open Access, animera une conférence plénière sur la “Géopolitique de l'Open : les gagnants et les perdants”. En amont du Forum, nous lui avons posé quelques questions sur les tendances, les acteurs et l’impact du mouvement open.

Vous pouvez consulter le programme détaillé du Forum GFII, et vous inscrire pour les deux jours entiers ou bien une partie du Forum.

(Image du site du GFII)

MSW : On dit fréquemment que le mouvement de l’open va créer de nouvelles opportunités, plus d’innovation et de créativité. Est-ce qu’on commence à détecter des tendances émergeantes ? Où se trouve cette nouvelle créativité ?


G.C. : Certainement sur les applications qui utilisent l'open data (concernant les services dans une ville par exemple: parking, horaires transports, proximité de commerces...). Mais tous ces services sont gratuits... Donc où sont les articulations avec des recettes et des emplois ?

Quant à l'open access des publications scientifiques, je n'ai pas encore lu d'études sérieuses sur la création de valeurs en aval. Il est clair que le mouvement Open détruit, par contre, de la valeur en amont pour les producteurs de contenus, il est certainement encore trop tôt pour se rendre compte de la création de valeurs en aval et des pérennités des modèles économiques à trouver. 

 

Vous allez animer une conférence dont le titre est “Géopolitique de l’open : les gagnants et les perdants”. Pourquoi  ces termes “gagnants” et “perdants” ? 

Car le mouvement Open redistribue les cartes entre les acteurs. Les producteurs de contenus qui se rétribuaient hier sur des modèles d'abonnements des utilisateurs doivent retrouver des modèles économiques autres, tout cela est encore très fragile notamment pour les plus petits acteurs. Le transfert de valeur se fait du contenu au contenant: on ne veut plus payer de contenus mais des sommes folles sont dépensées pour les équipements, les plateformes, les outils de fouille de données...

Enfin, réfléchissons un peu aux supers gagnants de tout cela, ceux qui sont capables de construire des services très performants sur les contenus, services fluides, ergonomiques, design, efficients,  et dont le modèle économique se pense sur des plateformes multifaces à l'échelle internationale...

 

Qui sont les nouveaux acteurs du milieu ?

Des acteurs qui créent de la valeur sur l'agrégation, des acteurs qui créent de la valeur sur la qualité de service à l'Internaute dans une fluidité parfaite, des acteurs qui ont un savoir faire technologique très réactif. Mais il faudra bien continuer à produire une matière première de qualité (les contenus)... Qui le fera demain ? Avec quelle diversité ?