L'espace : terrain de collaborations scientifiques internationales exemplaires et d'enjeux politiques ?

La science au cœur des divergences politiques

General Public
Specialist

La maîtrise des systèmes spatiaux et les premiers vols habités ont été développés pendant la guerre froide. Le spatial tel que nous le connaissons aujourd’hui est-il l’héritage de cette période d'affrontements stratégiques et politiques qui se développa après la seconde Guerre Mondiale ? Les twittos et le public qui assistaient au dernier Mardi de l’Espace, le 20 novembre, ont pu profiter de la présence des experts du CNES pour comprendre les enjeux politiques de l’exploration spatiale. Lors de cette rencontre conviviale, la place des pays émergents a aussi été largement évoquée.

 

Le spatial : enjeu national et international

Les activités spatiales recouvrent plusieurs domaines : l’observation de la planète, évoquée lors du premier Mardi de l’Espace de la saison, la météorologie, les télécommunications ou encore les expériences scientifiques et l’exploration du système solaire. Si ces applications ont des enjeux locaux et nationaux, l’exploration spatiale quant à elle nécessite des moyens financiers considérables et des compétences technologiques de pointe qui ne peuvent être générés par un seul pays. Le spatial est donc un terrain d’exploration à la fois national et international, représenté par des organismes travaillant constamment en étroite collaboration.

Les enjeux scientifiques majeurs du spatial tels que les vols habités vers Mars ou la recherche d’une vie extraterrestre sont conditionnés par les relations internationales parfois complexes. C’est ce dont ont débattu Richard Bonneville, directeur adjoint de la direction de la prospective, de la stratégie, des programmes, de la valorisation et des relations internationales du Centre national d’études spatiales (CNES) et Alain Dupas, physicien, auteur et consultant, spécialiste des études sur les programmes d’exploration et de vols spatiaux habités du futur, le 20 novembre 2012, lors de la soirée mensuelle des Mardis de l’espace du CNES. Le jour même s’était tenu le conseil ministériel de l’Agence spatiale européenne (ESA). Présenté comme « source de développements technologiques et d'innovations » générant compétitivité, croissance et emploi, le spatial est un domaine qui nécessite « une vision commune » des 20 États membres de l’ESA pour les 10 ans à venir, selon le communiqué de presse.

 

Les ministres en charge des questions spatiales des États membres de l’Esa réunis pour deux jours à Naples. © Esa, S. Corvaja
conseil Naples europe spatial

 

Des collaborations internationales exemplaires

Les stratégies d’exploration de l’espace sont définies lors de concertations regroupant tous les pays et des organismes impliqués. L’International Space Exploration Group (ISECG) regroupe depuis 2004 quatorze agences du spatial afin de déterminer des stratégies pour l’exploration spatiale sur le long terme. L’exploration spatiale est donc avant tout le fruit de collaborations scientifiques de très grande ampleur comme seule la science peut en fédérer.

La Station spatiale internationale (ISS), à laquelle ont contribué la majorité des États membres de l’ESA durant les 12 ans nécessaires à sa construction, était l’un des points abordés lors de la réunion ministérielle. Cette entreprise humaine issue d’une approche commune montre que les nations peuvent collaborer efficacement à des fins scientifiques malgré un certain scepticisme exprimé notamment par Alain Dupas lors de la soirée du 20 novembre.

Pendant toutes ces années depuis sa mise en orbite, l’ISS a été en permanence occupée par un équipage composé de 2 à 3 astronautes jusqu’au printemps 2009 puis, en permanence de 6 astronautes, voire de 10 ou 12 lors de changements d’équipage, tous de nationalités différentes. Mais bien qu’aucun pays n’ait les ressources nécessaires pour conduire seul de tels projets, certains pays, comme la Chine, se démarquent néanmoins de plus en plus.

 

La Chine, une stratégie à part

Cet été, la Chine a envoyé pour la première fois de son histoire une chinoise dans l’espace. D’après Alain Dupas, « les Chinois brûlent les étapes, ils devraient bientôt avoir leur propre station spatiale. » Plusieurs pays émergents comme l’Inde et le Brésil sont impliqués dans certains projets internationaux. La Chine, quant à elle, reste encore relativement isolée.

Alain Dupas explique cette défiance du point de vue de la compétition technologique :

Au cours de la soirée, cette question des relations sino-américaines a fait l’objet de nombreux tweets. Sur ce sujet, les avis des deux experts présents semblent diverger. Selon Richard Bonneville :

L’exploration de l’Univers est donc un enjeu de taille sur tous les plans et pour l’ensemble des pays. Bien que les désaccords entre certains États entravent parfois la mise en place des politiques spatiales, la science permet de réunir les acteurs autour d’un objectif commun qui dépasse leurs divergences politiques. L’accès à l’espace implique d’importantes retombées économiques et médiatiques que les grandes puissances industrielles, et aujourd’hui les pays émergents, se partagent pour repousser les limites de notre planète et étendre nos connaissances et notre domaine d’exploration.

 

 

Les tweets insérés dans ce texte sont issus du livetweet ayant eu lieu le 20 novembre lors du Mardi de l’Espace dédié à la stratégie spatiale internationale. Un storify regroupe l’ensemble de ces échanges et retrouvez le podcast du café-science sur le site du CNES.

 

1
L’espace : terrain de collaborations scientifiques internationales exemplaires et d’enjeux politiques ? | Astronomie - astrophysique | Scoop.it : [...]   [...]
Reply to this comment
Comment on this article
Become a scientific journalist
Help popularize science!
suggest-article Submit an article

Thematic Collections

  • Open Access

    All about open access in science

    [Open Access Interview] Christine Ollendorff: “Opening science to citizens is one of the main goals of open access.”
    [Open Access Interview] Christine Ollendorff: “Opening...
    [Open Access Interviews] Hervé Le Crosnier
    [Open Access Interviews] Hervé Le Crosnier
  • Women In Science

    The place of women in science, portraits of women scientists

    The First European Women Researchers Day: “Let us add more than a factor of two!”
    The First European Women Researchers Day: “Let us add ...
    Tomorrow, European Women Researchers Day Launches in Paris
    Tomorrow, European Women Researchers Day Launches in Par...
  • Science 2.0

    News and the development of Science 2.0

    [Open Access Interviews] Odile Hologne
    [Open Access Interviews] Odile Hologne
    Open communities bring the Open Access Button to life
    Open communities bring the Open Access Button to life