Les nerfs de la recherche: les financements et la publication scientifique ?

A la rencontre des difficultés des chercheurs.

General Public
Specialist

Dette des pays, récession mondiale… l’économie et la finance sont sur toutes les lèvres. La recherche scientifique elle aussi s’en préoccupe. Mais les jeunes chercheurs en devenir, étudiants et doctorants, sont-ils conscients de la complexité du financement des recherches ? C’est la question autour de laquelle ont débattu cette année les jeunes scientifiques de l’association Doc en stock dans le cadre de QSEC (Questions de Sciences, Enjeux Citoyens) consacré cette année à l’argent. Des échanges qui ont été résumés dans une bande-dessinée drôle mais aussi inquiétante dont le titre est « Les nerfs de la recherche ».

 

Financement de la recherche et révolution du système de publication scientifique vont de pair. À travers cet article, nous vous proposons un panel complet des difficultés qui jalonnent le parcours des chercheurs. Nous souhaitons vous inciter à creuser cette question pour comprendre ce qui se cache derrière ce système obscur. Nous vous invitons aussi à venir participer les 23 et 25 octobre prochains à deux événements organisés par MyScienceWork qui couvriront ces différentes thématiques dans le cadre de la semaine internationale de l’Open Access.

Programme et fichier d’inscription disponibles sur http://www.openaccessweek-mysciencework.com/

 

«  Il y a pas de sous dans la recherche »

 

soutiens à la recherche dessin humoristique
(c) Restitution QSEC 2011-2012 groupe Doc en stock
 

« Etudiants, doctorants, le financement de la recherche nous concerne tous » déclare Ferdinand Roesch, doctorant à l’Institut Pasteur et membre du groupe de réflexion QSEC monté en 2011 par l’association Doc en Stock. « La plupart des doctorants rencontrent des difficultés pour trouver une bourse pour financer leur thèse ». Ce serait donc selon Ferdinand le premier moment où un jeune scientifique en devenir est confronté à la question du financement de la recherche. Avec les années de recherche et le nombre croissant des projets, les scientifiques doivent de plus en plus souvent faire face à la question de la recherche de financements. À tel point que la plupart des chercheurs titulaires dépassent rapidement le stade au-delà duquel ils sont contraints d’arrêter de faire de la science pour se consacrer aux tâches administratives et à la recherche de financements. Il n’existe quasiment plus aujourd’hui de soutiens financiers  de longue durée.

 

« Enfin un peu quand même »

 

« Cette année Ronan James, co-fondateur de Doc en Stock, nous a proposé de débattre afin de trouver des pistes pour améliorer cette situation. Il y avait un consensus entre nous sur le diagnostic [la situation s’étant dégradée depuis des années pour arriver à un point où le financement de certaines recherches devient très problématique]. Par contre, les opinions divergeaient quant aux solutions proposées. Est-ce le rôle de l’État de financer entièrement la recherche ? Faut-il au contraire favoriser les partenariats privés ? Des idées extrêmes ont été avancées : la taxation des éditeurs scientifiques ou encore l’indexation du salaire sur les résultats via une part de bonus ».

« Il y a parfois eu des malentendus entre les membres du groupe, » explique Anne-Laure Heil-Danger, étudiante en Master 2 à Paris 6 et candidate au CAPES. « Nous avions des profils différents, notamment une jeune chercheuse en SHS. Pour ma part je ne connaissais rien au fonctionnement de la recherche bien que plusieurs de mes amis en fassent. J’ai appris que les littéraires n’ont pas toujours de financements pour leur thèse ou leurs recherches. Du coup, c‘était difficile d’être sur la même longueur d’onde car nous ne parlions pas de la même chose ». La question omniprésente du financement est en effet très inégale entre les disciplines scientifiques.

 

Dévoiler au public le fonctionnement de la recherche

 

Ferdinand explique aussi que « nous voulions savoir quelles étaient les connaissances du grand public sur ces questions. Nous avons mis en ligne un questionnaire auquel chacun peut encore répondre pour nous aider à comprendre si les gens sont conscients des difficultés ». Les échanges du groupe de réflexion ont fait l’objet d’une planche de bande-dessinée remplie d’information concernant le fonctionnement de la recherche. Une case particulièrement édifiante aborde notamment la question des salaires des scientifiques.

 
 
soutiens à la recherche dessin humoristique
(c) Restitution QSEC 2011-2012 groupe Doc en stock
 

À toutes ces questions financières s’ajoute le problème du nombre de postes proposés en recherche. « La probabilité d’avoir un poste, même après x années de postdoc, est vraiment très faible… » s’insurge Ferdinand.

 

« Publier ses résultats, c’est le nerf de guerre, et ça coute cher… »

 

 
soutiens à la recherche dessin humoristique
(c) Restitution QSEC 2011-2012 groupe Doc en stock
 

La publication d’articles scientifiques est l’aboutissement du travail de recherche. Elle permet de valoriser les progrès et de diffuser de nouveaux résultats ; en somme, elle fait partie intégrante de la recherche. La qualité et la quantité des publications scientifiques est aussi un critère utilisé pour juger du niveau des recherches et évaluer individuellement les chercheurs, puis les groupes et enfin les laboratoires, voire le système de recherche des pays. « C’est l’unité de base de notre évaluation », explique Ferdinand. « Publier permet de construire sa réputation académique. C’est aussi le facteur central de l’évaluation faite par l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur). Nous sommes très tôt confrontés à cela car il faut au minimum une publication de qualité dont nous soyons l’auteur principal pour être autorisé à soutenir notre thèse. »

« La publication, ça semble être un stress quotidien pour les chercheurs » explique Anne-Laure, dont le point de vue extérieur donne de la perspective. Publier dans les grandes revues scientifiques est en effet complexe. Le choix des articles qui seront publiés est soumis à l’examen de spécialistes de la discipline concernée mais il est aussi limité par les objectifs éditoriaux que fixent les maisons d’édition. Friandes de buzz médiatiques et d’annonces fracassantes, celles-ci ne sont donc pas toujours objectives dans leur choix de sujets. Ajoutons que de telles publications peuvent coûter relativement cher aux laboratoires qui au final payent pour les chercheurs. « J’ai alors abordé le sujet des revues en Open Access. Les biologistes connaissaient PLoS (Public Library of Science), mais en dehors de cela le sujet n’était pas vraiment compris ».

Le groupe de discussion a décidé de dédier plusieurs cases de leur bande-dessinée à la question de l’Open Access, une alternative aux maisons d'édition qui prend de plus en plus d'importance.

 

Open Access une révolution de la publication scientifique 

 
 
soutiens à la recherche dessin humoristique publication scientifique
(c) Restitution QSEC 2011-2011 groupe Doc en stock
 

L’Open Access est un mouvement pour favoriser la diffusion des connaissances en libre accès. Il a récemment beaucoup fait parler de lui à travers divers scandales discréditant le système classique de publication ou à travers les pétitions de chercheurs et les manifestations. Malgré le fait que le NIH américain (ensemble des instituts nationaux de la santé), puis cet été le gouvernement anglais, aient décidé d’imposer la publication en accès libre de tous les résultats issus de recherches qu’ils finançaient, force est de constater que la majorité des personnes travaillant dans la recherche ignorent encore aujourd’hui les alternatives  qu’offre l’Open Access.

 

Open Access une grogne des chercheurs à l'échelle internationale 

 
 
soutiens à la recherche dessin humoristique Times
(c) Restitution QSEC 2011-2011 groupe Doc en stock
 

L’Open Access favorise la transparence de la recherche. Il offre un système de diffusion des connaissances plus égalitaire et s’affranchit des frontières et des barrières qui séparent les pays en développement des autres. Néanmoins, l’Open Access est encore aujourd’hui peu connu. Il cherche sa place dans le système académique de la recherche scientifique et dans l’esprit des chercheurs et du public. Pour découvrir l’histoire de l’Open Access et comprendre les enjeux que cela représente pour nos sociétés, nous vous proposons de nous rejoindre les 23 et 25 octobre à l’Université Pierre et Marie Curie et à l’UNESCO pour assister à deux événements célébrant cette année à Paris la semaine internationale de l’Open Access.

Programme et fichier d’inscription disponibles sur http://www.openaccessweek-mysciencework.com/

 

En conclusion, si le fonctionnement de la recherche vous est encore un peu obscur, la bande-dessinée « Les nerfs de la recherche » soulève tout au long de ses cases de nombreux points clefs de cette thématique. Pour Anne-Laure, débattre avec de jeunes chercheurs lorsque l’on n’est pas directement impliqué est très édifiant. En tant qu’étudiant, « cela permet de se placer de l’autre côté de la barrière. J’ai mieux compris l’attitude parfois détachée des enseignants que nous côtoyons en cours. Ils [les enseignants-chercheurs] ne sont absolument pas évalués pour leurs activités d’enseignement. Nous les voyons parfois très stressés et certains manquent de pédagogie. En fait, nous devrions être très reconnaissants envers ceux qui s’investissent dans l’enseignement car rien n’est fait pour les y aider. »

 

Pour consulter la bande-dessinée complète http://doc-en-stock.fr/questions-de-sciences-enjeux-citoyens

 

Pour en savoir plus :

 

Doc en stock http://doc-en-stock.fr/

Semaine de l’Open Access 2012 à Paris les 23 et 25 octobre http://www.openaccessweek-mysciencework.com/

Notre page Scoopit recensant la littérature du web concernant l'Open Access en science http://www.scoop.it/t/open-access-in-science

 

10
Les nerfs de la recherche: les financements et la publication scientifique ? | prepa | Scoop.it : [...]   [...]
Reply to this comment
Les nerfs de la recherche: les financements et la publication scientifique ? | Enseignement Supérieur et Recherche en France | Scoop.it : [...] Dette des pays, récession mondiale… l’économie et la finance sont sur toutes les lèvres. La recherche scientifique elle aussi s’en préoccupe. Mais les jeunes chercheurs en devenir, étudiants et doctorants, sont-ils conscients de la complexité du financement des recherches ? C’est la question autour de laquelle ont débattu cette année les jeunes scientifiques de l’association Doc en stock dans le cadre de QSEC (Questions de Sciences, Enjeux Citoyens) consacré cette année à l’argent. Des échanges qui ont été résumés dans une bande-dessinée drôle mais aussi inquiétante dont le titre est « Les nerfs de la recherche ». (...) - par Laurence Bianchini, MyScienceWork Blog, 18/10/2012  [...]
Reply to this comment
Les nerfs de la recherche: les financements et la publication scientifique ? | Science et Technique Veille | Scoop.it : [...]   [...]
Reply to this comment
Les nerfs de la recherche: les financements et la publication scientifique ? | Science ouverte | Scoop.it : [...] Dette des pays, récession mondiale… l’économie et la finance sont sur toutes les lèvres. La recherche scientifique elle aussi s’en préoccupe. Mais les jeunes chercheurs en devenir, étudiants et doctorants, sont-ils conscients de la complexité du financement des recherches ? C’est la question autour de laquelle ont débattu cette année les jeunes scientifiques de l’association Doc en stock dans le cadre de QSEC (Questions de Sciences, Enjeux Citoyens) consacré cette année à l’argent. Des échanges qui ont été résumés dans une bande-dessinée drôle mais aussi inquiétante dont le titre est « Les nerfs de la recherche ».  [...]
Reply to this comment
Les nerfs de la recherche: les financements et la publication scientifique ? | Open Access pour la Recherche pour le Développement | Scoop.it : [...] Dette des pays, récession mondiale… l’économie et la finance sont sur toutes les lèvres. La recherche scientifique elle aussi s’en préoccupe. Mais les jeunes chercheurs en devenir, étudiants et doctorants, sont-ils conscients de la complexité du financement des recherches ? C’est la question autour de laquelle ont débattu cette année les jeunes scientifiques de l’association Doc en stock dans le cadre de QSEC (Questions de Sciences, Enjeux Citoyens) consacré cette année à l’argent. Des échanges qui ont été résumés dans une bande-dessinée drôle mais aussi inquiétante dont le titre est « Les nerfs de la recherche ».  [...]
Reply to this comment
MRR : Post intéressant, mais pourquoi est-ce que dans les dessins on ne voit que des hommes sauf la secrétaire ?
Reply to this comment
Archive ouverte | Pearltrees : [...] Les nerfs de la recherche: les financements et la publication scientifique ? Finch Report - Research Information Network The Government announced on 16 July 2012 that it has accepted the recommendations of the Working Group on Expanding Access to Published Research Findings, chaired by Dame Janet Finch. <i>Le gouvernement du Royaume-Uni a annoncé le 16 juillet dernier qu’il suivrait les conseils du rapport Finch — recommandations du groupe de travail « Accroître l’accès aux publications contenant des résultats de la recherche » — et exigerait que toute la recherche financée par des fonds publics soit accessible à tous en ligne d’ici 2014. [...]
Reply to this comment
Les nerfs de la recherche: les financements et la publication scientifique ? | RS_Web2.0_Veille_CommunityManagement_ProjetsCulturels | Scoop.it : [...]   [...]
Reply to this comment
Les nerfs de la recherche: les financements et la publication scientifique ? | AgroParisTech Documentation InfoDoc | Scoop.it : [...] Dette des pays, récession mondiale… l’économie et la finance sont sur toutes les lèvres. La recherche scientifique elle aussi s’en préoccupe.  [...]
Reply to this comment
Les nerfs de la recherche: les financements et la publication scientifique ? | Open Access Now ! | Scoop.it : [...] Dette des pays, récession mondiale… l’économie et la finance sont sur toutes les lèvres. La recherche scientifique elle aussi s’en préoccupe. Mais les jeunes chercheurs en devenir, étudiants et doctorants, sont-ils conscients de la complexité du financement des recherches ? C’est la question autour de laquelle ont débattu cette année les jeunes scientifiques de l’association Doc en stock dans le cadre de QSEC (Questions de Sciences, Enjeux Citoyens) consacré cette année à l’argent. Des échanges qui ont été résumés dans une bande-dessinée drôle mais aussi inquiétante dont le titre est « Les nerfs de la recherche ».  [...]
Reply to this comment
Comment on this article
Become a scientific journalist
Help popularize science!
suggest-article Submit an article

Thematic Collections

  • Women In Science

    The place of women in science, portraits of women scientists

    The First European Women Researchers Day: “Let us add more than a factor of two!”
    The First European Women Researchers Day: “Let us add ...
    Tomorrow, European Women Researchers Day Launches in Paris
    Tomorrow, European Women Researchers Day Launches in Par...
  • Science 2.0

    News and the development of Science 2.0

    [Open Access Interviews] Odile Hologne
    [Open Access Interviews] Odile Hologne
    Open communities bring the Open Access Button to life
    Open communities bring the Open Access Button to life
  • Open Access

    All about open access in science

    [Open Access Interview] Christine Ollendorff: “Opening science to citizens is one of the main goals of open access.”
    [Open Access Interview] Christine Ollendorff: “Opening...
    [Open Access Interviews] Hervé Le Crosnier
    [Open Access Interviews] Hervé Le Crosnier